/entertainment/movies
Navigation

Josh Hartnett en tournage

L’acteur est à Montréal où il joue le rôle du journaliste Victor Malarek

Josh Hartnett a dû changer de look pour incarner le journaliste d’enquête Victor Malarek dans les années 1980 et 1990.
Photo Agence QMI, Dario Ayala Josh Hartnett a dû changer de look pour incarner le journaliste d’enquête Victor Malarek dans les années 1980 et 1990.

Coup d'oeil sur cet article

L’acteur américain Josh Hartnett a passé les dernières semaines à Montréal pour le tournage du thriller anglophone Gut Instinct dans lequel il prête ses traits au journaliste d’enquête Victor Malarek. Le Journal a visité le plateau de tournage du film jeudi.

C’est dans un petit quartier tranquille de Laval que Josh Hartnett (Pearl Harbor, Black Hawk Down) a tourné jeudi ses dernières scènes pour le film Gut Instinct, aux côtés notamment de l’acteur québécois Antoine Olivier Pilon (Mommy).

Ce thriller politique réalisé par le cinéaste québécois Daniel Roby (Louis Cyr) s’inspire de l’histoire vraie de l’ex-junkie québécois Alain Olivier qui, dans les années 1980, s’était retrouvé impliqué malgré lui dans une transaction de drogue avec de mauvaises personnes et pour de mauvaises raisons.

L’acteur québécois Antoine Olivier Pilon joue aux côtés de Josh Hartnett dans le film Gut Instinct. 
Photo Agence QMI, Dario Ayala
L’acteur québécois Antoine Olivier Pilon joue aux côtés de Josh Hartnett dans le film Gut Instinct. 

 

Quand l’affaire avait mal tourné, il avait été incarcéré dans une prison thaïlandaise. Son histoire avait alors attiré l’attention du journaliste Victor Malarek, du Globe and Mail, qui avait enquêté sur cette erreur ­judiciaire. À son retour au pays, après avoir vécu l’enfer pendant huit ans derrière les barreaux en Thaïlande, Alain Olivier avait intenté une poursuite de 47,5 M$ contre la GRC en affirmant avoir été piégé.

« Malheureusement, en tant qu’Américain, c’est le genre d’histoire qu’on a l’habitude d’entendre, a souligné jeudi Josh Hartnett. Il y a beaucoup de paranoïa aux États-Unis vis-à-vis des autorités et c’est pourquoi cette histoire m’a semblé très plausible quand j’ai lu le scénario du film. Mais j’avais l’impression que c’était moins fréquent au Canada. »

Le réalisateur Daniel Roby et l’acteur Josh Hartnett sur le plateau de tournage de Gut Instinct.
Photo Agence QMI, Dario Ayala
Le réalisateur Daniel Roby et l’acteur Josh Hartnett sur le plateau de tournage de Gut Instinct.

 

Une équipe québécoise

L’acteur de 39 ans a eu un coup de cœur pour ce projet quand Daniel Roby lui a fait parvenir le scénario de Gut Instinct il y a trois ans. Il a notamment été séduit par le personnage de Malarek, un rôle « plus grand que nature ».

« Je ne connaissais pas Malarek avant que Daniel m’envoie le scénario, confie Hartnett. J’ai pu aller le rencontrer à Toronto, ce qui m’a permis de découvrir l’homme avant de connaître la figure publique. Sa passion est contagieuse. Je crois qu’il y a peu de gens qui ont autant que lui une soif de dénoncer les injustices sociales sans vouloir se mettre en vedette. »

Sur le plateau de tournage de Gut Instinct, Hartnett a côtoyé une équipe majoritairement québécoise composée notamment de Daniel Roby – « un réalisateur fantastique », dit-il – et d’Antoine Olivier Pilon, qui incarne le personnage inspiré par Alain Olivier.

Hartnett a d’ailleurs eu de bons mots pour le jeune acteur québécois : « C’est un jeune homme très talentueux. Je crois qu’il pourrait prendre d’assaut Hollywood s’il le veut. »


Le tournage de Gut Instinct a débuté en Thaïlande en mars et s’est poursuivi à Vancouver en avril et à Montréal en mai et juin. Le film devrait prendre l’affiche en 2019.