/opinion/columnists
Navigation

La danse du bacon du G7

anti-G7
Photo D’archives, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Au cours des prochains jours, les militants anti-G7 rassemblés à Québec répéteront à qui veut les entendre qu’à cause du capitalisme et de la mondialisation, le monde ne s’est jamais aussi mal porté.

C’est vachement romantique, comme discours.

Qui n’aime pas voir la jeunesse lutter contre la misère et l’injustice ?

Mais c’est faux.

LE PRINTEMPS INDIEN

La réalité est que le monde, même s’il est loin d’être parfait, ne s’est jamais aussi bien porté.

Oh ! je sais, ça ne fait pas les manchettes, les bonnes nouvelles n’ayant jamais bonne presse.

Reste que c’est la vérité.

Toutes les études l’affirment : l’espérance de vie augmente, l’analphabétisme et la pauvreté reculent, les droits des femmes et des minorités sexuelles progressent, de plus en plus d’enfants ont accès à l’éducation, les sources d’information se diversifient, de plus en plus de maladies graves sont éradiquées, de moins en moins de gens meurent de faim, le produit intérieur brut des pays augmente, il y a de moins en moins de guerres entre les pays, la science fait des bonds de géants, la mortalité infantile décline à la vitesse grand V, etc.

Regardez l’Inde.

Avant, ce pays croupissait dans la pauvreté la plus extrême.

Aujourd’hui, plus de 80 % des Indiens possèdent un téléphone cellulaire, la mortalité infantile est en fort recul partout au pays, on compte un demi-million d’écoles de plus et au cours des 10 dernières années, le nombre d’Indiens vivant sous le seuil de la pauvreté est passé de 38 % à 20 %, l’espérance de vie a augmenté de quatre ans et le revenu annuel a plus que doublé.

Certes, l’Inde n’est pas un paradis. Trop de gens vivent encore dans la misère.

Mais les conditions de vie s’améliorent de façon spectaculaire.

Idem pour la Chine, qui est passée de pays du Tiers-Monde à superpuissance économique.

LE DIABLE INCARNÉ

Et pourquoi ces pays ont réussi à se sortir de la misère ?

En partie grâce à la mondialisation.

Les manifestants anticapitalistes s’indignent du fait que les travailleurs du Tiers-Monde sont moins bien payés que ceux de l’Occident.

C’est un fait.

Mais c’est exactement pourquoi de plus en plus d’entreprises quittent les pays riches pour s’installer dans les pays pauvres : parce que la main-d’œuvre coûte moins cher.

Si la main-d’œuvre coûtait aussi cher qu’ici, les entreprises ne déménageraient pas là-bas. Certes, les travailleurs qui vivent dans les pays en développement sont moins bien traités que nos travailleurs syndiqués. Mais ils vont faire comme nos grands-parents et nos parents ont fait : ils vont s’organiser, et ils vont revendiquer de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. La mondialisation n’est pas une solution miracle. Mais ce n’est pas non plus le diable incarné, comme on va tenter de nous le faire croire au cours des prochains jours.

PAS ASSEZ « AUTHENTIQUE »

Vous savez ce que je soupçonne ?

Les manifestants anti-G7 se foutent des conditions de vie des habitants du Tiers-Monde.

Ce qu’ils ne veulent pas, c’est voir des MacDo en Inde, des autos en Chine, des Africains avec des cellulaires...

Ce n’est pas assez « authentique » et « folklorique », selon eux.

Ils préfèrent les huttes sur pilotis et les carrioles tirées par des ânes...