/24m/urbanlife
Navigation

Pollution des cours d’eau: un citoyen ramasse des déchets pendant 24 heures

Jimmy Vigneux
PHOTO 24 HEURES ET AGENCE QMI, NADIA LEMIEUX Jimmy Vigneux (à gauche), qui a lancé en avril la mission «10 tonnes» avec sa collaboratrice Lyne Morissette, accompagné de son père Mario Vigneux (au centre) et de la bénévole Karine Cloutier (à droite) au parc de l'Hôtel-de-ville dans Montréal-Est, où ils ont débuté une corvée de nettoyage d’une durée de 24 heures.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Un Montréalais a passera la nuit à ramasser des déchets, dans le cadre d’une corvée de nettoyage de 24 heures pour souligner la Journée mondiale de l’océan, une démarche qui s’inscrit dans sa mission de retirer 10 tonnes de déchets des berges du fleuve Saint-Laurent.

C’est accompagné d’une poignée de bénévoles que Jimmy Vigneux a amorcé jeudi sa corvée de nettoyage d’une durée de 24 heures. Le citoyen engagé a d’abord fait le nettoyage des berges du parc de l'Hôtel-de-ville dans Montréal-Est, puis a couvert d’autres secteurs jusqu’au pont menant à Repentigny.

À 13 h vendredi, il aura complété deux tours d’horloge sans lâcher ses pinces, ses gants et son seau.

Jimmy Vigneux ramasse des déchets au bord du fleuve, au parc de l'Hôtel-de-ville dans Montréal-Est. De 13 h le 7 juin à 13 h le 8 juin, il ramassera des déchets dans le cadre d'un 24 h de corvée de nettoyage.
PHOTO 24 HEURES ET AGENCE QMI, NADIA LEMIEUX
Jimmy Vigneux ramasse des déchets au bord du fleuve, au parc de l'Hôtel-de-ville dans Montréal-Est. De 13 h le 7 juin à 13 h le 8 juin, il ramassera des déchets dans le cadre d'un 24 h de corvée de nettoyage.

«Message fort»

Ces 24 heures de nettoyage symboliques tombent à point, alors que les dirigeants des grandes puissances économiques du monde convergent vers Charlevoix pour le Sommet du G7.

«Le but des 24 heures, c’est d’envoyer un message fort, a fait valoir M. Vigneux. Il faut s’attaquer au problème [de la pollution plastique], il faut y mettre les énergies et s’acharner. Ça ne peut plus juste être un sujet à l’ordre du jour. On ne peut plus dire "l’année prochaine ou dans cinq ans, on va se fixer des objectifs". Il y a urgence d’agir.»

En plus d’être un activiste environnemental, M. Vigneux est photographe professionnel et détient des diplômes en communication politique et en changements climatiques.

Mission 10 tonnes

À la fin avril, Jimmy Vigneux et son alliée Lyne Morissette, une écologiste spécialiste des mammifères marins et du fonctionnement des écosystèmes, lançaient la mission 10 tonnes, dont l’objectif est de retirer des cours d’eau 10 tonnes de déchets, en commençant par le fleuve Saint-Laurent.

C’est une «écoeurantite aiguë» face à l’enjeu de la pollution dans les océans qui a poussé M. Vigneux à lancer ce projet. «J’étais un peu tanné d’être un activiste d’ordinateur, a-t-il admis. J’avais envie de faire quelque chose de terrain et de concret.»

En un mois seulement, trois tonnes de déchets ont été ramassées lors d’activités de nettoyage organisées dans le cadre de la mission. Des centaines de citoyens de municipalités longeant le fleuve ont répondu présents à l’appel lancé par ses instigateurs sur les réseaux sociaux.

Celui qui se décrit comme un «éternel optimiste» s’est réjoui de l’ampleur qu’a rapidement prise son projet. «Il y a plein de gens qui sont encore positifs et il faut juste leur donner une petite étincelle en disant "on le fait tu ensemble?" C’est un peu ça la beauté de la mission 10 tonnes, on s’est donné un objectif collectif et les gens embarquent.»

Au rythme où vont les choses, il entrevoit atteindre l’objectif fixé dès l’automne.

«On a appelé les citoyens à faire une semaine record dans le cadre de la Journée mondiale de l’océan et dans le cadre du G7, donc on espère avoir de bons résultats à la fin de cette fin de semaine.»