/news/politics
Navigation

Projet de loi sur La Presse: les parlementaires ne sont pas «tous des marionnettes», dit Martine Ouellet

Des gens de La Presse voudraient influencer son vote

Martine Ouellet
Photo Simon Clark La députée indépendante Martine Ouellet a rencontré les médias, jeudi à Québec, et elle a déploré avoir été victime d’intimidation.

Coup d'oeil sur cet article

La députée indépendante Martine Ouellet accuse les représentants de La Presse d’avoir voulu l’intimider pour l’obliger à voter en faveur de la transformation du quotidien en OBNL.

« Je pense que Power Corporation aurait tout avantage à nous donner des informations plutôt que de faire de l’intimidation comme ils [ses porte-parole] l’ont fait », a dit Mme Ouellet jeudi matin, au lendemain du passage des représentants de La Presse en commission parlementaire.

La députée provinciale indépendante est la seule élue de l’Assemblée nationale qui affirme pouvoir bloquer l’adoption du projet de loi privé déposé pour permettre à Power Corporation de céder le quotidien montréalais à un organisme à but non lucratif (OBNL).

En vertu d’une loi adoptée en 1967, La Presse doit obtenir l’aval des parlementaires pour changer de mains.

Pas des marionnettes

« J’ai envie de dire à monsieur [Guy] Crevier : les parlementaires, on n’est pas tous des marionnettes, a-t-elle ajouté à l’intention de l’éditeur du quotidien montréalais. De l’intimidation comme il l’a fait mercredi, en faisant de la pression sur une députée indépendante comme je suis, ce n’est pas acceptable en démocratie. »

Malgré les témoignages en commission parlementaire mercredi, Mme Ouellet estime ne pas avoir « suffisamment d’informations » pour appuyer le projet de loi.

Retraités inquiets

Par ailleurs, le comité des Travailleurs retraités de l’information de La Presse (TRIP) a fait part jeudi de ses réserves sur la transformation du quotidien.

« Nos retraités, les membres de l’association ont des inquiétudes, mais c’est normal », affirme la présidente du comité, Monique Prince.

Ceux-ci craignent pour l’avenir de leur fonds de retraite, que Power Corporation a pourtant promis d’honorer.

« Mais on n’a rien d’écrit », dit Mme Prince, qui ajoute que les membres du comité se sentent bousculés.

Toutefois, le TRIP n’entend pas s’opposer à la transaction, puisqu’elle est approuvée par le syndicat des employés du quotidien.

Après tout, la solution de rechange à un OBNL n’est pas non plus garante de stabilité.

« Si monsieur [André] Desmarais [président de Power Corporation] le désire, il peut vendre à un tiers qui, lui, pourrait faire faillite », souligne Mme Prince.