/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le dernier voyage d’Anthony Bourdain

L’automne à la télé_2
Photo courtoisie Merci pour tout...

Coup d'oeil sur cet article

L’annonce fait mal. À 61 ans seulement, Anthony Bourdain, chef aventurier, épicurien passionné et animateur de renommée internationale au réseau CNN, se serait enlevé la vie en France.

La France, pays de la ville Lumière, la ville de l’amour, de la gastronomie, de la beauté. La France, pays de la vie.

Depuis des années, à la barre de son émission Parts Unknown, Anthony Bourdain nous faisait voyager partout sur la planète.

Son émission n’était pas qu’un simple «show de cuisine» avec un brin de parlotte superficielle. Non, non, non.

Anthony Bourdain allait partout, rencontrait les plus grands chefs, mais aussi les petits proprios de petits restos de quartier.

Dans son émission, il parlait politique, histoire, géopolitique. Il parlait des écarts de richesse entre les plus riches et les plus pauvres de cette terre. Ah oui, entre tout ça, il parlait bouffe, il dégustait et il buvait.

La vie en cuisine, des chefs aux employés qui triment dur dans des conditions souvent intenables, il ne la voyait pas non plus avec des lunettes roses.

Chaque nouvel épisode annoncé, on l'attendait avec impatience. Où allait-il nous faire voyager la prochaine fois? Quels mets et surtout, quelles personnes et quelles cultures découvrirait-on avec lui.

Ses voyages étaient si animés, qu’on se prenait à chaque fin d’épisode d’une envie irrépressible de partir au loin, comme lui.

Évidemment, c’était le plaisir qu’il nous donnait à nous, ses admirateurs nombreux. Que se passait-il derrière les caméras ? Lui qui endurait tout, des pires chaleurs aux plats les plus douteux en passant par certaines scènes d’abattage d’animaux franchement traumatisantes. L'Asie, disait-il souvent, l'ayant particulièrement marqué.

Qu’en a-t-il tiré lui-même pour lui-même, du meilleur, mais aussi du pire? Y compris les excès en tout qui venaient avec. Cela lui appartiendra pour toujours.

Comme le notait si justement un internaute ce matin sur mon fil twitter : la détresse touche sans discernement...

Après l’audacieuse designer Kate Spade, c’est le second suicide en quelques jours de «célébrités» qui, nul doute à avoir, sortaient des sentiers battus.

La vie appartient à chacun. C’est à nous d’en disposer. Personne n’a à juger du choix d’un autre. Personne ne sait ce qui se passe vraiment dans le tête de son prochain.

Il n’en reste pas moins que chaque suicide arrache le cœur à la famille, les amis et les collègues. Ce n’est pas un jugement, mais un constat.

Pour Anthony Bourdain, nous ne savons rien de sa vraie vie. Et c’est très bien comme cela.

Depuis ce matin, toutes sortes de rumeurs circulent sur les médias dits sociaux. Ignorons-les, c'est mieux comme ça.

Quel que soit la raison de son geste, on aurait juste voulu qu’il s’accroche encore un peu, juste le temps de voir la lumière poindre à nouveau au bout du tunnel. Elle finit toujours par revenir...

Anthony Bourdain était plus vivant que la vie. Qu’il repose en paix. Merci pour tout.


Vous ou un de vos proches êtes en détresse?

Appelez sans frais le 1 866 APPELLE (277-3553) partout au Québec ou visitez le site web de l’Association québécoise de prévention du suicide pour obtenir de l’aide.