/travel/destinations
Navigation

Sri Lanka: l’île aux mille attraits

Plage du Riu Hotel Ahungalla.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo Plage du Riu Hotel Ahungalla.

Coup d'oeil sur cet article

Le Sri Lanka est un pays fascinant. L’île lumineuse, traduction de Sri Lanka, reçoit aujourd’hui des milliers de touristes attirés par ses nombreux attraits.

Après 30 ans de guerre civile, le pays renaît et charme le voyageur en quête d’exotisme. Le tsunami de 2004 n’est plus qu’un vague souvenir ; de tout nouveaux hôtels de luxe et des quartiers huppés voient le jour un peu partout au pays.

Connu jadis sous le nom de Ceylan, le pays a été convoité pour ses richesses naturelles. Aujourd’hui, il attire les visiteurs pour sa diversité ethnique et religieuse, son histoire riche de trois mille ans et ses nombreux attraits. Qu’on soit amateur de baignade, de nature, de culture, d’exotisme, de plaisirs épicuriens, de grand luxe, d’émotions ou de spiritualité, le pays a de quoi plaire. Voici dix incontournables à inscrire sur votre bucket list.

 

Admirer les vestiges d’un passé colonial

 Vue des remparts de la ville de Galle 
datant de l’ère portugaise (15e siècle).
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Vue des remparts de la ville de Galle datant de l’ère portugaise (15e siècle).

Les Portugais au 16e siècle, puis les Hollandais au 17e ont bien essayé de dominer l’attirante Ceylan, mais aucune de ces deux grandes puissances coloniales n’a réussi à se l’approprier. Il a fallu attendre le 19e siècle pour que les Britanniques détrônent la monarchie en place et règnent jusqu’à l’indépendance du Sri Lanka en 1948. Aujourd’hui, on peut admirer les vestiges de ces différentes vagues de colonisation grâce aux miracles de la restauration­­­.

 

Relaxer sur une plage paradisiaque

<i>Snorkeling</i> à Pigeon Island.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Snorkeling à Pigeon Island.

L’île est une destination prisée pour la beauté de ses plages et pour ses eaux chaudes et translucides.

Plage du Jungle Beach hôtel Nilaveli.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Plage du Jungle Beach hôtel Nilaveli.

La température de la mer descend rarement sous les 30 °C. Même s’il est de petite taille, son littoral, aux nombreuses plages de sable blanc, s’étire sur 1340 km. Les régions côtières de l’est et de l’ouest offrent de très belles options­­­ aux amateurs de baignade, de plongée en apnée ou sous-marine, et même de surf.

 

Visiter des ruines bouddhistes inscrites au patrimoine de l’UNESCO

Dagoba datant du 4e siècle apr. J.-C., cité ancienne d’Anuradhapura.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Dagoba datant du 4e siècle apr. J.-C., cité ancienne d’Anuradhapura.

Le centre du pays est un passage obligé pour visiter le Triangle culturel composé des trois anciennes capitales datant des premiers royaumes boud-dhistes.

Sigiraya Le Rocher du Lion.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Sigiraya Le Rocher du Lion.

D’époustouflants sites archéologiques révélant d’anciens palais, des temples grandioses, des monastères séculaires, d’étonnantes statues.

Statuettes de Bouddha en méditation, caves de Dambulla.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Statuettes de Bouddha en méditation, caves de Dambulla.

 

En apprendre sur les épices

Jardin d’épices de Ranweli à Matate.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Jardin d’épices de Ranweli à Matate.

L’île a toujours été réputée pour sa richesse en épices. Des visites guidées ont lieu dans divers jardins situés dans la zone humide du pays, à Matale. C’est l’occasion d’en apprendre sur les différentes plantes et leurs propriétés. La visite se termine par un petit cours de cuisine où l’on apprend à préparer le cari, plat national.

 

Participer à la tradition du « high tea »

Table des sandwiches au Kingsbury Hotel lors du <i>high tea ceremony</i>.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Table des sandwiches au Kingsbury Hotel lors du high tea ceremony.

Même après le départ des Britanniques, certaines de leurs traditions demeurent. Dans de grands hôtels, à partir de 15 h, le thé est offert avec des collations allant des sandwichs aux concombres aux ailes de poulet, en passant par les crudités, etc.

 

Vivre l’aventure d’un safari

Léopard aperçu au parc national de Yala, où vit la plus grande concentration de léopards au monde.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Léopard aperçu au parc national de Yala, où vit la plus grande concentration de léopards au monde.

Le pays regorge de parcs nationaux luxuriants où on peut observer facilement une faune sauvage en liberté : éléphants, léopards, buffles, cerfs axis, macaques, crocodiles, différentes espèces de serpents, reptiles et oiseaux.

Éléphant aperçu dans le parc de Yala.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Éléphant aperçu dans le parc de Yala.

Des safaris d’une journée ou d’une demi-journée sont offerts aux touristes pour une cinquantaine ou une centaine de dollars.

 

Visiter une plantation de thé à Nuwara Eliya

Cueilleuses de thé à Nuwara Eliya.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Cueilleuses de thé à Nuwara Eliya.

Les Britanniques ont semé sur l’île les premières plantations de thé au milieu du 19e siècle. Cherchant d’abord à planter du café, leurs tentatives s’avérèrent infructueuses en raison du climat.

Plantation de thé Oliphant située à plus de 1000 m d’altitude, Nuwara Eliya.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Plantation de thé Oliphant située à plus de 1000 m d’altitude, Nuwara Eliya.

C’est nichées aux plus hauts sommets du pays, à plus de 2000 m d’altitude, que se trouvent les meilleures plantations de thé. Certaines usines datent de 200 ans. Les paysages verdoyants en terrasses sont à couper le souffle.

 

S’imprégner de la culture bouddhiste

Sanctuaire situé au rez-de-chaussée du Temple de la Dent.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Sanctuaire situé au rez-de-chaussée du Temple de la Dent.

Après la visite du Triangle culturel, celle du Temple de la Dent à Kandy s’impose. Site du dernier royaume cinghalais avant l’arrivée des Britanniques, un temple majestueux datant du 17e siècle trône au cœur de la ville. Il recèle une des reliques les plus sacrées du bouddhisme : la dent de Bouddha, placée à l’abri des regards dans une chambre du 1er étage.

 

Essayer un soin ayurvédique

Différentes plantes, racines et épices qui entrent dans la composition des traitements ayurvédiques.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Différentes plantes, racines et épices qui entrent dans la composition des traitements ayurvédiques.

La majorité des Cinghalais n’utilisent qu’en dernier recours les hôpitaux publics. Ils leur préfèrent la médecine ayurvédique, médecine holistique à base de plantes destinée à remédier à la plupart de leurs maux. Plusieurs cliniques offrent ce type de soins, incluant massages et bains thérapeutiques. Beaucoup de touristes y vont pour en ressentir les bienfaits.

 

Gravir le Adam’s Peak

Vue du sommet d’Adams Peak au lever du soleil.
Photo courtoisie, Marie-Claude Di Lillo
Vue du sommet d’Adams Peak au lever du soleil.

L’ascension du Adam’s Peak vaut le coup malgré ses 7 km et les quelque 5500 marches à gravir. Il faut environ 4 heures pour se rendre au sommet d’un des endroits les plus vénérés du pays. Les bouddhistes voient dans cette montagne l’empreinte du pied de Bouddha. Les gens commencent leur marche généralement de nuit pour assister le matin à l’un des plus beaux levers de soleil.

 

À savoir

Comment s’y rendre ?

  • Quelques compagnies aériennes ne font qu’une seule escale. La durée du vol est de plus de vingt heures en tout.
  • Si vous supportez difficilement les voyages aériens : optez pour un itinéraire permettant de dormir quelques heures pendant l’escale. Turkish Airlines offre cette option et paye même l’hôtel s’il y a plus de 10 heures entre vos deux vols en classe économie, ou plus de 7 heures en classe affaires. La classe affaires peut être un bon choix pour de longues distances, l’accès au salon VIP permettant de se reposer et de manger, ce qui ne revient pas si cher tout compte fait.

Quel est le meilleur temps pour y aller ?

  • On peut visiter le pays toute l’année. Cependant, la mousson commence en avril et finit en octobre sur la côte ouest, et c’est l’inverse sur la côte est. Il ne pleut pas tous les jours, mais les averses sont plus fréquentes, et la mer est très agitée.

Culture

  • La religion principale est le bouddhisme. Le pays compte une diversité étonnante de religions et d’ethnies. En entrant dans un temple, peu importe la religion, on ôte ses souliers, son chapeau et on se couvre les jambes et les épaules. Cela vaut pour les ruines sacrées, et pour les deux sexes.

Plat national

  • Le cari. Surtout végétarien ou au mouton. Pour les touristes, on ne le sert pas très épicé.

Sécurité

  • Les Cinghalais sont des gens pacifiques, mais comme dans tout pays pauvre, on doit faire attention à ne pas exhiber son argent.

Monnaie

  • La roupie cinghalaise.

Coût de la vie

  • Pour nous, c’est économique. Il y a cependant des hôtels luxueux à 700 $ US la nuit. Heureusement, on en trouve à différents prix.

Vaccins et précautions

  • Se faire vacciner avant le départ. Un bon chasse-moustiques évitera d’attraper la dengue.

Déplacements à l’intérieur du pays

  • Conduire peut représenter un gros défi. Privilégiez les transports en commun, comme le train et les autobus, pour voyager d’une ville à l’autre, et le tuk-tuk dans les villes.
  • L’agence Voyageurs du Monde organise des séjours en petits groupes. Leur partenariat avec des agences locales offrant le service de chauffeurs et de guides permet de vivre une expérience authentique sans trop avoir à se casser la tête.