/opinion/columnists
Navigation

Tombent les masques

Coup d'oeil sur cet article

La triste saga du Bloc québécois est le House of Cards des pauvres. Complots. Guerre de clans entre les partisans de la promotion de la souveraineté et ceux de la défense des intérêts du Québec. Accusations croisées. Putsch. Démission de la chef. N’en jetez plus, la cour bloquiste est pleine.

Un vieil adage résume le tout : la révolution, comme Saturne, dévore ses propres enfants. Surtout quand ladite révolution, dans ce cas-ci, la souveraineté, n’arrive pas.

Cette pénible saga n’est qu’un autre épisode de la lente dislocation du mouvement souverainiste depuis le référendum de 1995. La dislocation, le Parti québécois connaît ça lui aussi : création de Québec solidaire en réaction aux années Bouchard et fondation de la CAQ par un ex-ministre­­­ péquiste.

Côté Bloc, tout aura été dit sur Martine Ouellet, sa chef sortante. Beaucoup moins sur les 7 députés dissidents qui, en février, claquaient la porte dans l’espoir de pousser leur chef à démissionner. Le reste de l’histoire est connue...

Apparences trompeuses

Dans ce psychodrame, les responsabilités sont plus partagées qu’on ne le pense. L’impatience des dissidents bloquistes à se débarrasser de Martine Ouellet fut aussi destructrice que l’incapacité de celle-ci à trouver un terrain d’entente avec eux. Or, voilà que le chat sort du sac. La réalité est qu’il n’y avait pas de terrain d’entente possible entre les deux clans.

Deux jours après la démission de Mme Ouellet annoncée lundi, les masques sont tombés. Contrairement aux apparences, il s’avère que la chef sortante est loin d’avoir le monopole de l’intransigeance dans ce petit parti en perdition.

À preuve, malgré la démission de leur chef qu’ils ont tant réclamée, 5 des 7 députés dissidents refusent de retourner au Bloc. Leur raison ? Mercredi, chez Mario Dumont, Rhéal Fortin, leader des dissidents et chef intérimaire de leur nouveau parti Québec Debout, s’en expliquait. Tablant sur la défense des intérêts du Québec, il ajoutait ceci : « Faire la promotion de l’indépendance, pour nous, c’est pas ça, notre job à Ottawa­­­. »

Cela a le mérite d’être clair. Bref, comme je l’expliquais lundi soir à l’émission 24/60, au-delà de la personnalité abrasive de Mme Ouellet – dont elle n’avait pas le monopole non plus au Bloc –, le facteur décisif expliquant ce schisme est de nature idéologique.

D’un côté, une poignée de députés dissidents misent uniquement sur la défense des intérêts du Québec. De l’autre, la chef sortante et 65 % des membres du Bloc qui, par référendum, ont plutôt voté pour la promotion de l’indépendance sur toutes les tribunes.

On croyait pourtant que ces deux pôles étaient complémentaires. Or, au Bloc, ils sont devenus irréconciliables. Qui l’eût cru ?

La morale de cette histoire : tant que la souveraineté ne redeviendra pas la priorité au PQ, là où cette décision clé se prend, la lente dislocation du mouvement lui-même est condamnée à se poursuivre.

L’éclatement du Bloc québécois en deux micropartis adversaires – de la folie furieuse, loufoque et suicidaire –, n’en est qu’une énième manifestation.