/sports/tennis
Navigation

Un partisan d’Auger-Aliassime remporte les grands honneurs

Gabriel Diallo
Photo courtoisie Gabriel Diallo a remporté les grands honneurs aux 23e tournoi Louis-Després.

Coup d'oeil sur cet article

Partisan de Félix Auger-Aliassime, Gabriel Diallo a remporté la 23e édition du tournoi Louis-Després sur la même surface où la jeune sensation québécoise a peaufiné son art il y a quelques années, vendredi soir, au club Avantage Multisports.

L’adolescent de 16 ans venait avant tout à Québec pour accentuer son développement après une première participation prometteuse l’an dernier, où il s’était incliné en ronde des 16. Un an plus tard, il a vaincu son bourreau Mathieu Brisson en deux manches de 6-3 et 6-2 pour s’emparer du titre du volet masculin.

« Ça représente beaucoup pour moi, sachant que l’an passé, le tournoi ne s’était pas passé comme je le voulais. Ça m’a fait du bien de prendre ma revanche. Mon objectif était de rester concentré à chaque point, d’apprendre et de perfectionner mon jeu », a déclaré le vainqueur.

En plus d’avoir Auger-Aliassime en haute estime, le Montréalais peut compter sur un entraîneur qui connaît bien le 178e joueur mondial. Nul autre que son père Sam Aliassime !

Été chargé

« Le jeu de Félix m’inspire beaucoup. Si je continue à travailler fort, je vais peut-être jouer comme lui un jour », a lancé le jeune homme, qui a aussi comme idole le Français Gaël Monfils, qui a atteint le sixième échelon mondial en 2016.

Fort de cette victoire à Québec, Diallo entamera une tournée canadienne à la fin juin alors qu’il participera à diverses épreuves Futures et Challengers, une première pour lui dans sa jeune carrière.

« Cette victoire m’apporte beaucoup de confiance. De plus, j’ai appris qu’il ne faut jamais baisser la cadence lorsqu’on mène, sans quoi la balance peut se retourner rapidement. Mon but est de percer chez les pros et d’augmenter mon classement. Un jour, j’aimerais être un joueur stable parmi le top 10 ou le top 20 », a-t-il souligné. Diallo, un nom à retenir.