/weekend
Navigation

Apprivoiser le deuil à un jeune âge

Lucy-France Dutremble
Photo courtoisie, Maurice Parent Lucy-France Dutremble

Coup d'oeil sur cet article

La romancière Lucy-France Dutremble a mis en scène une femme des Laurentides devenue veuve deux jours après son mariage, en 1942, dans La veuve de Labelle. Rose-May, forte et décidée à surmonter l’épreuve, devra affronter une situation difficile lorsque sa copine Flora reviendra bien mal en point du festival de Woodstock.

La romancière a situé l’action à Labelle­­­, dans les Laurentides, à la fin des années 1960. Son héroïne, Rose-May Cédilotte, a 37 ans. Elle est veuve depuis l’âge de 18 ans, après la disparition de son nouveau conjoint. Elle a refait sa vie avec Jacques, un homme, doux et patient.

Rose-May et son amie d’enfance, Flora, décident d’assister au fameux festival hippie de Woodstock, dans l’État de New York. La sortie tourne au vinaigre. Flora paiera cher son trip de Woodstock et se retrouvera à l’hôpital psychiatrique de Verdun. Rose-May n’est pas au bout de ses surprises...

Lucy-France Dutremble a adoré écrire ce roman situé dans une région qu’elle aime beaucoup. « Le roman décrit une très grande amitié entre les deux femmes, qui se retrouvent plus tard. »

<i>La veuve de Labelle</i></br> 
Lucy-France Dutremble, Guy Saint-Jean</br>  
Éditeur, 416 pages
Photo courtoisie
La veuve de Labelle
Lucy-France Dutremble, Guy Saint-Jean
Éditeur, 416 pages

Tout est fictif

Ce roman est totalement fictif, assure-t-elle, contrairement à La rue Royale, qui se passe dans les années 1960 à Sorel. Elle a choisi une ville qu’elle connaissait, et les personnages sont arrivés doucement, les uns après les autres. Rose-May lui est apparue tout naturellement, assise sur le balcon de la rue du Couvent... « Je ne connaissais même pas son nom ! », assure l’auteure.

Elle prend soin, dans tous ses romans, d’ajouter des personnages comiques, pour dédramatiser la situation.

« Dans mon roman La Vieille laide, il y a Pauline, la commère du village. Dans Alicia, qui se passe en 1870, il y a l’idiot du village, Gédéon. Dans La veuve de Labelle, c’est Urgel, qui a son franc-parler­­, et Mme Bissonnette, qui va accoucher pendant la “tempête du siècle”. Je veux que les lecteurs aient du plaisir. »

Chagrin d’amour

Le veuvage à un très jeune âge est un thème fort du roman. « Rose-May a été veuve longtemps... elle ne voulait pas rencontrer quelqu’un parce qu’elle avait toujours peur de perdre un autre homme. Elle avait perdu son mari deux jours après son mariage et ils s’aimaient d’un amour fou. Elle a eu une très grande peine. »

Lucy-France se retrouve, presque à parts égales, dans les personnages de Rose-May et de Flora. A-t-elle le côté sage de Rose-May et le côté fou-fou de Flora ? « C’est en plein ça ! »

La romancière ne prévoit pas faire une suite à La veuve de Labelle pour le moment. Son prochain roman, déjà terminé, se déroulera en 1931, à Wickham, dans le comté de Drummond. Un autre roman, qui se situera à Saint-Christophe­­­-d’Arthabaska en 1947, est déjà en route.


  • Après avoir fait carrière dans le milieu de la restauration, Lucy-France Dutremble a écrit huit romans, dont La rue Royale, La vieille laide et Alicia, tous best-sellers.
  • Elle a également écrit Les jumelles Guindon, republié en format poche.
  • Elle vit à Sorel-Tracy.