/weekend
Navigation

Comment faire feu de tout bois!

<b><i>Séquoias</i></b><br>
Michel Moutot<br>
Aux Éditions du Seuil,496 pages
Photo courtoisie Séquoias
Michel Moutot
Aux Éditions du Seuil,496 pages

Coup d'oeil sur cet article

Avec cet excellent roman d’aventures, le journaliste français Michel Moutot nous transporte à une époque où la ville de San Francisco n’était encore qu’un village attirant orpailleurs et hors-la-loi.

Après Ciel d’acier, qui retrace l’étourdissante histoire des Mohawks qui ont contribué à la construction des gratte-ciel de New York, ce deuxième roman de Michel Moutot nous plonge d’emblée en pleine mer quelques années avant que le célèbre Moby Dick d’Herman Melville ne soit publié. À l’époque, à l’instar du capitaine Stewart Fleming, de nombreux pêcheurs américains réussissaient encore­­­ à gagner relativement bien leur vie en se faisant chasseurs de baleines et dès l’âge de 12 ans, le jeune mousse Mercator­­­ Fleming suivra les traces de son père en assistant en direct à la capture­­ d’un énorme cachalot au large des côtes du Brésil.

En 1847, à la suite d’un tragique accident, Mercator et ses deux frères hériteront ainsi du Freedom, le baleinier avec lequel leur géniteur a traqué pendant des décennies quantité de cétacés. Mais la chasse à la baleine devenant de plus en plus difficile, ils préféreront s’en servir pour quitter définitivement la petite île de Nantucket en mettant le cap sur la Californie­­­, où la ruée vers l’or bat son plein. Et en débarquant à Yerba Buena, un bled du Nouveau Monde qui ne comptait alors que quelques centaines d’habitants, ils ne tarderont pas à découvrir pourquoi cette baie récemment arrachée aux Mexicains était aussi convoitée.

Un best-seller en devenir

En remontant cette fois-ci aux origines de la ville de San Francisco, Michel Moutot nous permet tour à tour d’en apprendre plus sur l’une des cités les plus peuplées des États-Unis et sur toutes les possibilités qu’elle a offertes aux intrépides aventuriers du XIXe siècle. Un roman captivant qui, en Europe, est déjà en lice pour plusieurs prix.

Frissons garantis

La promesse

<b><i>La promesse</i></b><br>
Tony Cavanaugh<br>
Aux Éditions Sonatine, 428 pages
Photo courtoisie
La promesse
Tony Cavanaugh
Aux Éditions Sonatine, 428 pages

Grâce à ce polar, on débarque directement dans le Queensland, en Australie. Un État particulièrement apprécié des touristes, la Sunshine Coast étant le paradis des surfeurs. Mais ce n’est pas ce qui y a attiré Darian Richards. Pendant 16 ans, il a été le meilleur enquêteur du pays et à la suite d’une affaire ayant franchement mal tourné, il a tout laissé tomber pour s’isoler dans un cottage retiré situé au bord de la rivière Noosa.

Manque de chance, la quiétude à laquelle il aspirait ne tardera pas être troublée...

Une retraite de courte durée

Quelques mois après son arrivée, il apprendra en effet comme tout le monde en lisant les journaux que plusieurs adolescentes du coin ont mystérieusement disparu. Autrement dit, un tueur en série a commencé à frapper et sachant que les flics locaux ne possèdent pas l’expérience nécessaire pour le traquer, Darian ne pourra s’empêcher de le faire à leur place sans trop se soucier de suivre à la lettre le manuel du parfait policier.

Même si le bandeau de la couverture précise que Tony Cavanaugh est le Michael Connelly australien, on doit avouer que dans l’ensemble, on a été assez déçu. Non seulement parce que Darian Richards est loin d’être aussi pro – et crédible ! – qu’Harry Bosch, mais parce que le texte est truffé d’invraisemblances. En revanche, il nous permet réellement de voyager au pays des kangourous et oui, c’est un aspect du livre qu’on a beaucoup aimé.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

L’homme coquillage

Asli Erdogan, aux Éditions Actes Sud, 208 pages
Photo courtoisie
Asli Erdogan, aux Éditions Actes Sud, 208 pages

Invitée à participer à un séminaire de physique nucléaire se déroulant sur l’île de Sainte-Croix, dans les Antilles, une jeune Turque ne pourra résister à la tentation de sortir pour en découvrir les plages. Et ce faisant, elle rencontrera les gens du cru, dont un homme extrêmement laid... qui ne tardera pas à l’attirer. C’est le tout premier roman de la journaliste Asli Erdogan et franchement, il nous a fortement ébranlés.


Piégée

Lilja Sigurdardóttir, aux Éditions Points, 384 pages
Photo courtoisie
Lilja Sigurdardóttir, aux Éditions Points, 384 pages

Premier tome d’une trilogie intitulée Reykjavik Noir, cet excellent polar nous confronte très vite à la dure réalité de Sonja Gunnarsdóttir : la sachant

prête à tout pour continuer à voir son petit garçon, une bande de narcotrafiquants se sert effectivement d’elle pour passer en douce de la cocaïne aux douanes. Mais Sonja a un plan, et peut-être pourra-t-elle bientôt voir son fils aussi souvent qu’elle le veut...


Fraise

Christophe Adam, aux Éditions de La Martinière, 128 pages
Photo courtoisie
Christophe Adam, aux Éditions de La Martinière, 128 pages

Qu’on les aime bien mûres, en confiture ou au dessert, les fraises sont ici déclinées sous toutes leurs formes ! Proposant 45 recettes les mettant délicieusement en vedette, ce livre nous permettra ainsi de confectionner fraisier, gelée de fraises, charlotte aux fraises, tarte aux fraises, gaufres aux fraises, pavlova­­­ aux fraises ou tiramisu à la fraise. Et pour les plus gourmands, il y a même des hot-dogs à la fraise au menu !


Multidictionnaire de la langue française

Marie-Eva de Villers,  aux Éditions Québec-Amérique, 1904 pages
Photo courtoisie
Marie-Eva de Villers, aux Éditions Québec-Amérique, 1904 pages

Au Québec, ce dico est l’un des outils les plus efficaces pour débusquer anglicismes et formes fautives, découvrir le sens des mots qu’on maîtrise moins, comprendre toutes les règles typographiques, conjuguer correctement chaque verbe ou éviter les erreurs grammaticales. Un ouvrage de référence dont on se sert depuis déjà 30 ans et qui, dans cette édition anniversaire, se termine par une liste de néologismes couramment utilisés.