/weekend
Navigation

Fascinantes expériences dans les lieux hantés

Patricia Darré
Photo Mathieu Thauvin Patricia Darré

Coup d'oeil sur cet article

La journaliste et médium française de renom Patricia raconte quelques-unes de ses expériences dans les lieux hantés dans son nouveau livre, Il y a quelqu’un dans la maison. Fascinantes, dérangeantes, intrigantes, réconfortantes ou terrifiantes, les missions qu’elle entreprend font découvrir le côté mystérieux des maisons, des fermes et des châteaux de la France.

Patricia Darré explique, dans son livre, que tous les lieux sont « habités » : les forêts, les montagnes, mais aussi les maisons, les anciennes fermes, les forteresses, les châteaux, où d’anciennes âmes errent et tourmentent parfois les habitants.

Elle raconte les expériences qu’elle a vécues, lorsque les gens lui ont demandé d’intervenir pour libérer les lieux des forces maléfiques. Elle n’y va pas pour un exorciste, mais y passe une journée, une nuit ou plusieurs jours, et observe ce qui se passe.

La journaliste en a vu de toutes les couleurs : des meubles déplacés, des coups dans les portes, des souffles, des hurlements, des pleurs... et des habitants sur le bord de la crise de nerfs. Elle enquête : qu’est-ce qui a pu se passer ? Qui a habité les lieux ? Et puis, grâce à ses facultés paranormales, elle cherche à entrer en contact avec les entités pour les libérer.

Histoires de désespoir

« Je continue mes enquêtes et je trouve que ce que je vis dépasse l’entendement », commente-t-elle, en entrevue. Celle d’un château hanté par un cerbère du moyen-âge est hallucinante. « L’histoire du château a été la plus terrifiante et même les gardiens, avec qui je garde un contact assez étroit, ont mis du temps à s’en remettre. C’était vraiment très difficile.

« Mais vous savez, toutes ces histoires de maisons hantées sont des histoires assez folles à vivre et des histoires de désespoir parce que tous les gens qui subissent ces histoires et les vivent – et tous les jours, j’ai des mails – sont désespérés de ne pouvoir en parler à quelqu’un. En fait, on ne peut pas en parler. C’est très compliqué. »

Le discernement

Patricia Darré doit mettre de côté les gens qui s’imaginent des trucs. « Il y en a plein : il y a des schizophrènes, des paranoïaques, des gens qui vivent dans la peur, s’imaginent voir des fantômes. Mon job, c’est le discernement. C’est de savoir faire la différence entre un malade, entre quelqu’un qui se raconte des histoires, et entre un fait avéré, avec des témoignages. C’est une enquête que je vais mener. »

Mais une enquête sur quelque chose d’intangible. « Oui... jusqu’à ce que je le vive et que je le vois, que je l’entende. Et qu’on soit plusieurs à l’entendre. Je prends en considération une histoire quand je sais qu’il ne peut rien y avoir d’autre qu’un fantôme. »

Patricia Darré passe par la psychologie, vérifie ce qu’il y a dans le sol, s’il y a des sources souterraines, des relais téléphoniques, des centrales électriques à côté. « Il faut aller jusqu’au bout de l’enquête. Quand je m’occupe des fantômes, c’est que j’ai éliminé toutes les autres possibilités. Et que moi-même et d’autres témoins avons entendu et vu. Je n’ai pas l’attitude de la médium qui dit, je ressens, je vois, etc. »

Comprendre

La spécialiste, extrêmement sollicitée, souhaite résoudre, mais aussi comprendre ce qui se passe. « Je veux comprendre comment une maison peut bloquer une vie, rendre malade, rendre fou. Quand on m’appelle, c’est toujours une présence négative. C’est une nuisance. Le fantôme est un désespoir qui s’exprime. Les fantômes appellent au secours. Ils sont lourds et négatifs. »


♦ Patricia Darré est journaliste et médium.


♦ Elle a écrit quatre livres qui se sont vendus à plus de 500 000 exemplaires.

 

Extrait

<i>Il y a quelqu’un dans la maison</i></br>
Patricia Darré</br>
Éditions Michel Lafon, 264 pages
Photo courtoisie
Il y a quelqu’un dans la maison
Patricia Darré
Éditions Michel Lafon, 264 pages

« Jean de K. s’estime trahi. Voilà pourquoi il hurle depuis près de six cent cinquante ans. Lorsqu’on a affaire à des esprits d’une époque lointaine, il faut comprendre que leur mentalité et leur caractère sont très différents des nôtres. On doit en tenir compte et ne pas raisonner en humain du XXIe siècle. J’entends la détresse de Jean de K., son appel à la vengeance, et c’est cela qu’il va falloir l’aider à surmonter. » – Patricia Darré, Il y a quelqu’un dans la maison