/world/opinion/columnists
Navigation

Faut-il abolir le G7?

Coup d'oeil sur cet article

Si le G7 doit servir à quelque chose, il aura une belle occasion de le démontrer ce week-end. Les États-Unis et les autres pays du G7 ressemblent à deux trains qui foncent l’un vers l’autre sur la même voie ferrée.

Tout le monde attend une collision frontale, à moins que le bon sens prévale. Et justement, un des rôles de ces sommets est de permettre aux leaders de discuter en personne, pour aplanir les difficultés.

Cependant, peut-on discuter avec Donald Trump qui souffre de narcissisme profond ? En théorie, le sommet sert aussi à rassurer et à indiquer les grandes orientations politiques et économiques que les sept pays entendent suivre.

Mais cette fois-ci, le sommet risque de montrer les divisions et de générer de l’incertitude. À quoi bon continuer à se réunir dans de telles conditions ?

1. Pourquoi l’administration Trump est-elle un problème ?

Les sanctions commerciales américaines sont certes vexantes, mais elles ne forment pas le fond des récriminations des autres pays contre l’administration Trump. Le problème est plus profond. Trump est en train de plonger la société américaine dans une sorte de jungle où règne la loi du plus riche. Lorsque Emmanuel Macron et les autres dirigeants condamnent les actions commerciales « illégales » de Trump, ils s’en prennent à la motivation fondamentale du bonhomme : tout est bon pour faire de l’argent. Tant pis pour les droits de la personne, pour la justice sociale et pour la redistribution de la richesse. Or, les autres pays du G7 n’embarquent pas dans cette vision d’extrême droite du monde.

2. En quoi la personnalité de Trump est-elle un problème ?

Toute sa vie, Trump a fait des affaires en écrasant les petits fournisseurs qui travaillaient pour lui. Il leur a demandé de réduire leurs prix à l’extrême, il a refusé de les payer aux montants convenus, il les a traînés devant les tribunaux au moindre prétexte. Mais les pays indépendants ne fonctionnent pas comme des entreprises. Ils ne se laissent pas intimider facilement.

3. Quelle est la stratégie ultime de Trump ?

Il est remarquable que dans cette nouvelle ère où les États-Unis ne sont plus que la seconde puissance économique du monde, et une puissance en déclin de surcroît, Trump ait choisi de renforcer la puissance militaire de son pays. Cela n’augure rien de bon. Trump risque de tenter d’obtenir par la force ce qu’il n’aura pas pu soutirer autrement.

4. À quoi devrait servir le G7 ?

Trump et bien d’autres dirigeants manquent de perspective. Le grand problème auquel le monde est confronté est celui de la Chine. Une Chine qui, grâce à une surveillance générale totale par ordinateurs, traite ses citoyens comme des prisonniers. Une Chine qui exporte dans des régimes autoritaires ses technologies de surveillance et de contrôle politique des populations. Si le Sommet du G7 devait servir à quelque chose, c’est à stopper ce nouveau monstre froid. Mais quels sont les intérêts financiers de Trump avec la Chine ? Mystère. Et comme pour lui, seul l’argent compte, il serait incapable de diriger le G7 dans le sens d’une coalition contre la Chine de Xi Jinping. Au contraire, il adore le dictateur chinois.

5. Le G7 sans les États-Unis est-il viable ?

Non, il serait moribond. Étant donné les coûts faramineux des rencontres, les politiques de Trump et les autres occasions pour les leaders de se rencontrer, ces sommets ne servent plus à grand-chose.