/misc
Navigation

Faut-il miser encore sur les géants de la techno?

Coup d'oeil sur cet article

Ces géants de la technologie dominent la bourse américaine. Lequel est le meilleur investissement ?


Le 30 mai, la capitalisation boursière de Microsoft a dépassé celle d’Alphabet pendant quelques jours, la maison mère de Google, une première depuis 2012.

Apple

Tout le monde s’attend à ce qu’Apple soit bientôt la première compagnie dont la capitalisation boursière dépasse le billion (trillion, en anglais). L’investisseur génial Warren Buffett ne cesse d’accumuler le titre.

Avantages : les ventes de téléphones explosent en Asie, l’écosystème Apple (Apple Watch, Apple Music, Apple Pay, etc.) ne cesse de grandir et de contribuer plus largement au bilan. Apple rachète massivement ses actions et rapatriera son fabuleux trésor de guerre de 252 G$ US aux États-Unis (grâce à la réforme fiscale du président Trump), ce qui lui permettra d’acheter davantage de ses actions et d’augmenter le dividende.

Désavantages : croissance des ventes de tablettes au ralenti, innovations moins marquantes dans les ordinateurs et les téléphones.

Microsoft

En mars, Morgan Stanley a prédit que Microsoft allait aussi atteindre une capitalisation boursière de 1 billion $ en 12 mois. La valeur de l’action a plus que doublé depuis l’arrivée de Satya Nadella comme grand patron, il y a quatre ans.

Avantages : le virage vers les services d’infonuagique (Azure) rapporte gros (croissance annuelle de 15 %), ils occupent le deuxième rang mondial (loin devant Google), Office 365 compte 120 millions d’utilisateurs chaque mois.

Désavantages : les problèmes avec Surface sont résolus, mais les ventes ne comblent pas les attentes, on attend les bénéfices de l’achat de LinkedIn, à 26 G$ US.

Google/Alphabet

Plusieurs analystes estiment que les revenus de Google vont grimper de 20 % d’ici deux ans.

Avantages : Google occupe plus de 60 % de la publicité en ligne et Android contrôle 85 % du marché mondial des téléphones, la filiale YouTube serait très rentable (revenus annuels estimés à 15 G$ US).

Désavantages : l’essentiel des revenus provient des recherches en ligne, Amazon bat de plus en plus Google pour le magasinage en ligne, Facebook accapare une part sans cesse grandissante de la publicité en ligne.

Amazon

Amazon n’a pas encore livré tout son potentiel.

Avantages : Amazon occupe 62 % du marché de l’infonuagique mondial en forte hausse, la croissance est plus rapide dans le cloud (49 % en un an) que dans les ventes en ligne (27 %), les revenus de publicité explosent, le nombre de clients Prime dépasse les 100 millions.

Désavantages : les énormes coûts de l’expansion internationale (seulement 30 % des revenus), les variations du flux de trésorerie inquiètent, tout comme le développement de la filiale Whole Foods et la mauvaise réputation comme employeur.


Question à notre investisseur

► Les informations publiées dans cette chronique ne constituent pas des conseils ou des recommandations formulées par le Journal. Toute personne intéressée doit consulter les conseillers ou professionnels autorisés pour ces fins par l’Autorité des marchés financiers.