/news/politics
Navigation

Sommet du G7: une facture salée pour les contribuables

Coup d'oeil sur cet article

Combien aura coûté le sommet du G7 en sol canadien? Le gouvernement Trudeau a budgété la somme de 604 millions de dollars pour l'événement.

70% de la facture a été attribué à la sécurité.

«C'est le Groupe intégré de sécurité. Il y a donc de l'argent pour les Forces armées canadiennes, pour la sécurité publique, pour la Sûreté du Québec et pour le service de police de la Ville de Québec aussi», a expliqué Joël Lightbound, député du Parti libéral dans Louis-Hébert.

Près de 400 millions de dollars ont été octroyés pour la protection des leaders du G7.

La prison temporaire, spécialement érigée à Clermont au coût de 1 million de dollars, n'aura pratiquement pas servi. Quant aux roulottes du centre de détention érigées à la centrale de police de Québec, elles auront accueili une dizaine de manifestants.

La centaine de camions blindés achetés pour le transport de dignitaires seront réutilisés par les forces policières.

Le Centre des congrès, qui a servi de salle de presse aux journalistes, a été clôturé. De plus, on a donné congé à 10 000 fonctionnaires et aux élus de l'Assemblée nationale et une douzaine d'écoles et de garderies ont été fermées.

Résultat: la Ville de Québec a été désertée, sauf par une poignée de manifestants

«La mobilisation populaire n’a pas suivi»

«La masse critique nécessaire aux gens du black bloc, par exemple, afin de leur permettre de commettre leurs crimes en toute impunité n'était pas là. La mobilisation populaire n'a pas suivi cette année. Les policiers ont mis leur pied à terre [...] à l'effet que dans la Ville de Québec, on ne tolérerait pas qu'on casse des vitrines», a analysé Jean-François Brochu, expert en affaires policières.

Toutes ces mesures de sécurité auront coûté des centaines de millions de dollars, mais auront peut-être dissuadé certains casseurs de venir jouer les trouble-fêtes.