/sports/racing
Navigation

Des fans nostalgiques

Des fidèles du Grand Prix du Canada racontent ce qui a changé depuis 40 ans

Avant d’ouvrir le défilé des pilotes au volant de la Ferrari 312 T3 ayant appartenu à son père Gilles, Jacques Villeneuve a reçu l’appui de sa sœur Mélanie, de sa mère Joann et du grand manitou du Grand Prix du Canada François Dumontier.
Photo Martin Chevalier Avant d’ouvrir le défilé des pilotes au volant de la Ferrari 312 T3 ayant appartenu à son père Gilles, Jacques Villeneuve a reçu l’appui de sa sœur Mélanie, de sa mère Joann et du grand manitou du Grand Prix du Canada François Dumontier.

Coup d'oeil sur cet article

Des amateurs de course automobile qui étaient là lors de la victoire de Gilles Villeneuve en 1978 ont renoué avec leurs souvenirs d’antan à l’occasion du 40e anniversaire du Grand Prix du Canada dimanche. Ils attendaient avec impatience de voir défiler Jacques Villeneuve dans la Ferrari 312 T3 qui a mené son père à la victoire le 8 octobre de cette année-là. Depuis, ils sont toujours restés fidèles à l’événement et souhaitent maintenant transmettre leur passion à leurs enfants ou amis, racontent-ils.

Avant d’ouvrir le défilé des pilotes au volant de la Ferrari 312 T3 ayant appartenu à son père Gilles, Jacques Villeneuve a reçu l’appui de sa sœur Mélanie, de sa mère Joann et du grand manitou du Grand Prix du Canada François Dumontier.
Photo Vincent Larin

​« La technologie a changé, la vitesse aussi, mais pour moi, c’est toujours la même : un gros happening. Maintenant qu’on sait que le Grand Prix du Canada va être de retour jusqu’en 2029, je peux dire que j’y serai, peut-être dans la section des chaises roulantes », blague Victor Gaudreault (à gauche) présent au GP 2018 avec ses enfants William, André, Sara-Jeanne et Sophia-Rose pour leur transmettre le sentiment qu’il a vécu lors de la victoire de Villeneuve en 1978.

Avant d’ouvrir le défilé des pilotes au volant de la Ferrari 312 T3 ayant appartenu à son père Gilles, Jacques Villeneuve a reçu l’appui de sa sœur Mélanie, de sa mère Joann et du grand manitou du Grand Prix du Canada François Dumontier.
Photo Vincent Larin

« Gilles Villeneuve, c’était notre héros. On s’était vraiment gelé en octobre, l’année de sa victoire, mais je me rappelle encore avoir eu la chair de poule lorsqu’il a passé la ligne d’arrivée, c’était féerique. On a surtout hâte de revoir la voiture sur la piste cette année, ça va être magique », se souvient Daniel Lortie (à droite) qui était avec son ami Yves Laliberté (à gauche) à l’époque.

Avant d’ouvrir le défilé des pilotes au volant de la Ferrari 312 T3 ayant appartenu à son père Gilles, Jacques Villeneuve a reçu l’appui de sa sœur Mélanie, de sa mère Joann et du grand manitou du Grand Prix du Canada François Dumontier.
Photo Vincent Larin

« J’avais des billets sur la ligne de départ et il y avait beaucoup moins de monde dans les estrades. J’ai toujours été Ferrari, surtout après ce jour-là », se remémore Gaétan Rosa (à gauche) qui n’a pas manqué un grand prix depuis 40 ans et qui était accompagné de sa belle-fille, Nancy Gemme, et de son fils, Jean-François.