/misc
Navigation

Nos auteurs

Sarah Bélisle

Volte-face à la Trump

Coup d'oeil sur cet article

On croyait avoir évité le pire lorsque Donald Trump a quitté Charlevoix hier en mi-journée. Mais les soupirs de soulagement ont été poussés trop vite.

Dans les jours précédant le sommet du G7 qui s’est tenu vendredi et hier, on redoutait l’effet « Trump ». La réunion se tenait sur fond de vives tensions politiques et commerciales entre le président et les autres pays du groupe.

Il a fait quelques vagues, sans pour autant causer d’ouragan. L’imprévisible président américain a bien proféré quelques menaces en quittant le Québec hier, mais rien qui sortait de l’ordinaire (pour lui).

Si bien que le Canada a annoncé plus tard un communiqué conjoint approuvé par tous les pays, dont les États-Unis. Pas un succès retentissant, mais un succès néanmoins dans les circonstances. On croyait avoir sauvé les meubles.

Mais c’était sans compter la dépendance aux tweets intempestifs de Trump. Quelques heures après l’annonce de Justin Trudeau, Trump l’a traité de « malhonnête et faible » pour ensuite désavouer le document tout fraîchement conclu.


Martine Ouellet, BQ

Photo d'archives

Après des mois de disputes au Bloc québécois, Martine Ouellet n’a pas su quitter la chefferie du parti dans la dignité. Elle a préféré profiter de sa conférence de presse lundi pour tirer à boulets rouges sur ses détracteurs, entre autres. Une fois ses comptes réglés, elle a annoncé sa démission, précisant qu’elle ne tirait pas un trait sur la vie politique pour autant. La veille, un maigre 32 % des membres du parti lui avaient accordé leur confiance. Une défaite qu’elle impute à bien des gens... sauf elle.


Sénateur Jacques Demers

Photo d'archives

Le sénateur Jacques Demers a occupé jeudi son siège de la Chambre haute pour la première fois en deux ans, soit depuis son second AVC. L’ancien entraîneur du Canadien de Montréal a promis à ses collègues qu’il serait de retour au Sénat à Ottawa, malgré son état de santé, et qu’il allait « continuer de travailler fort » pour devenir « de plus en plus fort ». Son courage et le sourire qu’il affichait cette semaine ont de quoi en inspirer plus d’un.


Caroline Maynard

Photo d'archives

La nouvelle commissaire à l’information a tiré la sonnette d’alarme cette semaine en publiant un rapport dévastateur sur l’état inquiétant de la transparence dans l’appareil fédéral. En une seule année, le nombre de plaintes déposées par des Canadiens déplorant avoir été lésés dans leurs droits d’accès à l’information par le fédéral a bondi de 25 %. Il faut agir, selon elle, notamment en investissant de nouvelles ressources. Il s’agit là d’un « droit primordial des citoyens », fait-elle valoir.