/opinion/columnists
Navigation

La peur des pitbulls

Coup d'oeil sur cet article

À quatre mois des élections, le gouvernement a-t-il eu peur des pitbulls ? Même si le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, se retire de la vie politique, il n’a pas osé voir les crocs des propriétaires de chiens dangereux. Québec a préféré se ranger du côté du lobby prochien, quitte à paraître sans cœur aux yeux des victimes. Un choix qu’on peut remettre en cause devant le nombre effroyable d’incidents.

Trop d’attaques

Mettez-vous à la place de la famille de Christiane Vadnais, tuée par un pitbull dans sa propre cour ; de Mégane Dubé, attaquée à 12 ans par trois pitbulls ; de Vanessa Biron, défigurée à sept ans par un pitbull. Dans le dernier cas, le propriétaire du chien croule en prison, mais cela n’effacera jamais le traumatisme de l’attaque. Trop de fois, au Québec, un chien dangereux a causé de sévères dommages. Et n’en déplaise à ceux qui le défendent, c’était souvent un pitbull. Qu’on affirme qu’on ne peut interdire ce type de chien parce que la science n’a pas prouvé leur dangerosité. La liste de ces incidents graves ici comme ailleurs n’est-elle pas une preuve valable ? Encore un bébé mordu à mort par un des trois pitbulls de la famille la semaine dernière en Floride.

Une loi sans mordant

On va adopter une loi molle qui fait fi de l’insécurité de la population face à ces chiens. On veut que les maîtres soient plus éduqués, mais on ne dit pas comment. « Un chien ne pourra se trouver chez autrui à moins d’y avoir été autorisé. » Pensez-vous qu’il va demander la permission avant de mordre la voisine ? « Le chien devra être sous la supervision du propriétaire, en présence d’un enfant de moins de 10 ans. Pourquoi pas 12 ? Va-t-on rendre obligatoires des cours de comportement canin ? Quarante pour cent des morsures sont commises par le chien de la famille. Beaucoup ne sont même pas rapportées. On fait quoi des caves qui battent leur chien ou l’abandonnent ? Un chien de 20 kg et plus devra être sous le contrôle d’une personne capable de le maîtriser. Vous savez gérer ça, vous, un chien de 45 livres ?