/24m/city
Navigation

Philippe Pichet n’accepterait pas d’être destitué et se dit victime d’une injustice

Philippe Pichet
Photo d'archives, Agence QMI, Maxime Deland Philippe Pichet se dit victime d’une injustice

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Faisant valoir qu’il a été traité injustement, le directeur suspendu du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Philippe Pichet a prévenu qu’il n’accepterait pas d’être destitué, alors qu’il a été rencontré lundi par les élus de la Commission de la sécurité publique à l’hôtel de ville de Montréal.

 

«Je suis victime d’une grave injustice et je n’ai rien fait pour mériter cela», a déclaré M. Pichet dans la déclaration qu'il a livrée aux membres de la Commission, obtenue par TVA Nouvelles .

Le directeur intérimaire du SPVM Martin Prud’homme a déposé la semaine dernière un rapport préliminaire à la lumière duquel le ministère de la Sécurité publique pourrait recommander la destitution de Philippe Pichet.

Pour le relever de ses fonctions, le ministre doit toutefois prendre l’avis du conseil municipal et de la Commission de la sécurité publique, selon la Charte de la Ville de Montréal. Le directeur suspendu en décembre a fait valoir sa cause et a eu l’occasion de donner sa version des faits pendant près de trois heures lundi.

«S’il y a une décision de destitution, il y aura un appel de cette décision», a confirmé Joël Mercier du cabinet Casavant Mercier, qui défend M. Pichet.

L’avocat n’a pas voulu faire de commentaire sur le contenu de la rencontre puisqu’elle se tenait à huis clos et en raison de la poursuite en cours. Il a soutenu que le «climat était respectueux» et que, puisque M. Pichet n’est pas destitué, il est «toujours directeur du Service de police de la Ville de Montréal».

La rencontre n’est pas publique puisqu'elle touche des questions de relation de travail et de ressources humaines qui concernent un individu en particulier.

Philippe Pichet a entamé dernièrement des procédures judiciaires contre le gouvernement et la Ville de Montréal puisqu’il souhaite réintégrer ses fonctions. Selon Me Mercier, sa suspension est une «destitution déguisée».

Début des délibérations

La Commission de la sécurité publique devra rendre prochainement un avis sur le sort de Philippe Pichet, qui sera présenté devant le conseil municipal. Les délibérations devraient commencer demain, selon le président de la commission Alex Norris, qui ne pouvait dire quand elles se termineraient.

Ce dernier n’a pas voulu non plus émettre d’opinion puisque les délibérations n’ont pas encore été amorcées, même s’il a reconnu avoir appris des éléments nouveaux dans ce dossier. «[M. Pichet] a passé beaucoup de temps avec nous, nous avons posé beaucoup de questions et nous avons écouté attentivement toutes ses réponses. On essaie de faire preuve de neutralité et de professionnalisme», a-t-il indiqué.

L’ancien directeur a été suspendu à la fin de l’année dernière à la suite de la publication du rapport Bouchard, qui critique sévèrement les pratiques internes au sein du SPVM.

Philippe Pichet a été réaffecté en février comme superviseur des agents de sécurité de Montréal. Il a conservé son salaire de cadre qui s’élève, en 2018, à 237 295 $.