/news/politics
Navigation

Jacques Chagnon préfère le homard

Le président de l'Assemblée nationale en commande même si ce plat n’est pas au menu du restaurant Le Parlementaire

Le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, ici photographié lors de la période des questions le 26 septembre 2017, jouit d’un salon privé où il peut manger en toute tranquillité au restaurant Le Parlementaire.
Photos Fotolia et d’archives, Simon Clark Le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, ici photographié lors de la période des questions le 26 septembre 2017, jouit d’un salon privé où il peut manger en toute tranquillité au restaurant Le Parlementaire.

Coup d'oeil sur cet article

Même si ce n’est pas un plat offert sur le menu du restaurant Le Parlementaire, le président de l’Assemblée nationale Jacques Chagnon demande qu’on lui serve régulièrement en saison du homard et du crabe au dîner.

Selon des informations obtenues par notre Bureau parlementaire, Jacques Chagnon est un amateur de ces crustacés à pinces et n’hésite pas à commander ce repas presque tous les midis en saison. L’Assemblée nationale a refusé de commenter, sans nier ni confirmer les éléments présentés par Le Journal.

En plus de son salaire annuel de 167 000 $ et de son allocation de dépenses de 17 300 $, le président de l’Assemblée nationale jouit d’un salon privé à proximité des cuisines du Parlementaire, où il peut recevoir des invités et y manger discrètement.

Il y dîne régulièrement avec les vice-présidents et le secrétaire général, pour préparer les périodes de questions ou discuter de cas de règlements.

Fruits de mer décortiqués

Lorsque la saison est ouverte, M. Chagnon se régale presque tous les jours de fruits de mer décortiqués, selon des sources qui désirent conserver l’anonymat. Le crabe et le homard ne sont pourtant pas au menu de la chic salle à manger de l’Assemblée nationale, accessible au public, sauf pour le club sandwich, dans lequel on en trouve une petite quantité.

Un ancien président de l’Assemblée, qui ne souhaite pas être identifié, trouve que cette pratique est «particulière».

«Demander un repas spécial, ça peut arriver une fois ou deux, par exemple pour un anniversaire, parce qu’on mangeait souvent avec le secrétaire de l’Assemblée et les vice-présidents, mais, pas plus que ça. Il faut croire que ça dépend des goûts du président», a-t-on commenté.

Exagération

Il ajoute que «sur une base régulière, c’est particulier» et reconnaît que «ce serait facile de tomber dans l’exagération parce que, comme président, si tu demandes, tu l’as». Un autre ex-président raconte que lui et son équipe «restaient sur le menu» et ne s’en écartaient pas, «sauf pour quelques occasions spéciales».

Le Journal a demandé à l’Assemblée nationale quelle était la politique entourant le remboursement de repas de Jacques Chagnon et pourquoi celui-ci choisissait de commander des plats qui ne se trouvent pas sur le menu, des questions qui sont restées sans réponse. «Le président n’accordera pas d’entrevue et ne donnera aucun commentaire à ce sujet», a-t-on rétorqué.

Le Journal a récemment publié une série d’articles sur le manque de transparence à l’Assemblée nationale. En entrevue, M. Chagnon avait admis qu’il payait la traite aux élus qui participent à ses missions parlementaires à travers le monde dans un esprit de «team building».

«C’est le genre de chose que je fais [...], mais on n’est pas dans l’orgie du 12e siècle dans la Toscane avec la famille Médicis», a rétorqué le député libéral de Westmount–Saint-Louis.

Lors d’une rencontre du Bureau de l’Assemblée nationale qui abordait la question de la transparence, il n’avait toutefois pas voulu que les dépenses en alcool soient spécifiées dans les rapports de mission, tout comme le coût du « teinturier pour vos petites culottes».

 

LE COÛT DES LUNCHS

Combien coûtent les lunchs de Jacques Chagnon? Impossible de le savoir :

  • Dans le cadre de son dossier sur la transparence, Le Journal a demandé d’obtenir : «Toutes les copies des factures de restaurants et de frais de repas qui ont été remboursés au président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, depuis qu’il est entré en poste le 5 avril 2011.»

RÉPONSE DU RESPONSABLE :

  • «J’ai demandé au président Jacques Chagnon s’il consentait, en vertu de l’article 34 de la loi sur l’accès, à vous communiquer les documents dont vous désirez copie. Le président n’a pas jugé opportun de vous donner accès à ces documents.»

DU VIN EN MISSION

  • Le Bureau d’enquête a révélé que beaucoup de vin était consommé lors des missions interparlementaires à l’étranger. Impossible toutefois de connaître les dépenses spécifiques pour l’achat d’alcool.
  • Par exemple, selon une source, à Berne en Suisse en 2015, un chalet suisse dans les montagnes a été loué. Il y avait de l’alcool à volonté et un souper traditionnel suisse.

DU VIN AU BAN

  • Le Journal a révélé la semaine dernière que du vin et des repas gastronomiques étaient offerts aux parlementaires qui siègent au Bureau de l’Assemblée nationale (BAN), à chacune de leurs réunions.
  • Les whips du PLQ, de la CAQ et du PQ ont demandé des changements après la publication du reportage.