/finance/news
Navigation

L’espace de travail partagé, au goût des travailleurs autonomes

L’espace de travail partagé, au goût des travailleurs autonomes
image fotolia

Coup d'oeil sur cet article

L’essayer, c’est l’adopter...

Il y a 554 500 travailleurs autonomes au Québec en 2018, selon l’Institut de la statistique du Québec. Une majorité habite les régions métropolitaines de Montréal et de Québec, et travaille à domicile. Plusieurs études confirment que l’isolement prolongé est susceptible d’entraîner une production accrue d’hormones de stress ou menacer le sommeil. Le manque d’interaction sociale est aussi nocif pour la santé que la consommation de 15 cigarettes par jour, selon des chercheurs de la Brigham Young University.

Solitude, bureau au sous-sol, colocataires, conjoints et enfants ou le fait d’être souvent en déplacement affectent fréquemment la productivité : louer un espace de coworking est une alternative de plus en plus populaire. Selon une étude d’OfficeVibe réalisée auprès d’utilisateurs, y travailler permet d’améliorer la productivité de 64 %, la concentration de 68 % et la confiance en soi de 90 %. Car c’est agréable d’être entouré de gens qui partagent nos intérêts...

Formules disparates

La plupart des espaces de travail partagé offrent des bureaux ouverts ou fermés, des salles de réunions, une cuisine, un accès sécurisé 24 h/7 jours, une machine à café ou un distributeur d’eau... Mais plusieurs se distinguent avec barista, café/bistrot, possibilité de venir avec son animal de compagnie, vestiaire à vélos, douches, casiers, toilettes privées, hamacs ou fauteuils, jeux vidéo, imprimantes, accès par carte magnétique, commande en ligne de nourriture, brunch végétalien le dimanche...

Le décor est habituellement recherché et même spectaculaire, comme chez Crew Collective, dans le Vieux-Montréal, ou sur la terrasse de l’Espace Koala, dans Saint-Roch. J’écris actuellement cette chronique dans un coworking extérieur gratuit, Aire commune, dans le Mile End. Certains évoluent autour d’un thème, comme Espace L, qui est réservé aux femmes.

Frais

Les frais varient selon l’endroit et la formule. À Montréal et à Québec, les prix se ressemblent ou sont plus élevés... en banlieue ! La plupart offrent une période d’essai gratuite d’une journée.

Grosso modo, attendez-vous à payer entre 15 $ et 30 $ par jour pour un espace ouvert. Certains facturent jusqu’à 75 $ par jour (entre 25 $ et 75 $ l’heure pour une salle de réunion).

Les espaces se louent entre 100 $ à 900 $ par mois, selon la formule (utilisation trois jours par semaine ou illimitée, bureau ouvert ou fermé). À Québec ou à Montréal, le loyer mensuel moyen d’un bureau ouvert est de 250 $ à 300 $.

Évidemment, il ne faut rien laisser sur place à la fin de la période de location, même si on revient le lendemain (sauf pour les espaces privés et verrouillés, plus chers).

QUELQUES AVANTAGES DES ESPACES DE COTRAVAIL :

  • L’électricité, l’internet haute vitesse et le chauffage sont inclus.
  • Le loyer est déductible à 100 %, ce qui n’est pas le cas avec un bureau à domicile.
  • On y améliore son réseau de contacts (fournisseurs, clients et amis).
  • On peut valider gratuitement idées et concepts avec des inconnus.
  • On organise son horaire comme on l’entend.
  • On peut louer des espaces pour toute une équipe.
  • Plus agréable que de travailler depuis une chambre d’hôtel.