/opinion/columnists
Navigation

Tous derrière Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Ça a pris du temps, mais on a soudainement l’impression que Justin Trudeau est enfin à l’aise dans ses habits de chef d’État.

Nul ne sait si c’est son voyage catastrophique en Inde qui aura contribué à fouetter le PM, mais une chose est certaine : il semble désormais déterminé à gouverner. Et il le fait bien.

G7

Avant que le sinistre Trump ne vienne lâchement saboter le travail effectué à Charlevoix, Justin Trudeau avait réussi un tour de force, que la majorité des observateurs croyaient impossible. Sous son leadership, les pays membres du G7 en étaient finalement arrivés à signer un communiqué conjoint. On ne réglait pas tous les problèmes de la planète, mais quand même, un message d’unité et de bonne volonté était mieux qu’un petit rien du tout.

Malheureusement, personne ne pouvait prévoir que le président américain dévoilerait au grand jour son incommensurable lâcheté. Bien brave derrière un clavier de téléphone, l’homme le plus puissant du monde fait soudainement le doux quand ses interlocuteurs se trouvent devant lui. Mais lorsqu’il retourne dans sa bulle, les insultes juvéniles pleuvent à nouveau.

Et maintenant?

Le Canada doit désormais se tourner vers son plan B. Justin Trudeau savait fort bien qu’il ne pouvait pas tout miser sur un personnage aussi imprévisible que le trumpiste en chef. C’est pourquoi, loin des projecteurs, les ministres et autres représentants canadiens s’emploient depuis belle lurette à sensibiliser les élus américains aux impacts que ces coups de gueule, d’abord anticipés, puis maintenant avérés, ont sur leurs économies respectives. C’est la meilleure chose à faire.

Au surplus, il ne fait pas de doute que la majorité des Canadiens appuient Justin Trudeau dans sa volonté de ne pas plier l’échine, de demeurer ferme et de faire preuve de hauteur, même quand nos «alliés» descendent dans les bas-fonds de la médiocrité. Face à l’adversité, l’unité prévaut.