/sports/opinion/columnists
Navigation

Blessures et autonomie

Manny Machado, des Orioles, et Bryce Harper, des Nationals, possiblement les deux futurs joueurs autonomes les plus convoités.
Photo AFP Manny Machado, des Orioles, et Bryce Harper, des Nationals, possiblement les deux futurs joueurs autonomes les plus convoités.

Coup d'oeil sur cet article

Le marché des joueurs autonomes à la fin de la saison 2018 ne sera pas ce qu’il a été au cours des cinq dernières années. Les joueurs vont sûrement crier que les propriétaires sont coupables de collusion... et ils n’auront pas complètement tort.

Par contre, j’estime qu’il était temps que les contrats de très longue durée soient révolus. Le simple bon sens dicte qu’accorder un contrat de six ou dix ans à un joueur qui a plus de 30 ans n’a plus sa raison d’être. Surtout pour un lanceur...

Cette année, les noms qui retiennent surtout l’attention des dirigeants n’ont pas tous la même valeur.

Certes, Manny Machado, des Orioles, et Bryce Harper, des Nationals, se veulent les plus intéressants, tout comme le lanceur Patrick Corbin, des Diamondbacks.

Corbin n’a que 29 ans, affiche une MPM inférieure à 3,00, et a connu une séquence de plus de 75 manches sans accorder un seul point mérité. Donc, il faudra surveiller son rendement dans les derniers mois de la campagne.

Quant à Machado, il est intéressant de noter sa polyvalence, car il peut intéresser autant des équipes qui cherchent un arrêt-court qu’un joueur de troisième but de première classe.

Pour ce qui est de Harper, tout comme Machado, il n’a que 25 ans. Et les deux ont réussi à éviter les blessures majeures depuis leurs débuts. C’est un aspect qu’il ne faut pas négliger lorsqu’on parle d’un contrat à long terme fort lucratif.

Mais dans les deux cas, je doute qu’ils obtiennent des ententes de plus de cinq ans.

Deux lanceurs seront aussi populaires. Le partant Dallas Keuchel, des Astros, et le releveur Craig Kimbrel, des Red Sox, viennent immédiatement après Corbin. Ils n’ont que 30 ans. À cause de son rôle de spécialiste des fins de match, Kimbrel sera possiblement le plus convoité, car Keuchel se veut surtout un deuxième ou un troisième partant.

Bryce Harper
Photo AFP
Bryce Harper

Valeurs en baisse

Par contre, certains gros noms ont vu leur valeur marchande accuser une forte baisse en raison des blessures qui les ont ralentis depuis le début de la saison.

De ce groupe, on retient Josh

Donaldson, des Blue Jays, A.J. Pollock, des Diamondbacks, Clayton Kershaw, des Dodgers, et Andrew Miller, des Indians.

Donaldson et Miller sont les plus âgés, à 33 ans, tandis que Pollock et Kerrshaw n’ont que 30 ans. Présentement, ces deux joueurs ne soulèvent pas beaucoup d’intérêt. Un retour à la santé et une fin de saison en force pourraient changer les données.

Kershaw est dans une situation enviable, car il peut décider de rester avec les Dodgers et être assuré de toucher plus de 70 M$ jusqu’à la fin de la saison 2020. Après deux séjours sur la liste des blessés cette saison, j’ai l’impression que le grand gaucher va opter pour rester avec les Dodgers.

Les meilleurs premiers choix

Le baseball majeur a procédé au repêchage des joueurs les plus prometteurs des rangs amateurs, la semaine dernière alors que les Tigers de Detroit ont arrêté leur premier choix sur le lanceur droitier Casey Mize, de l’Université Auburn.

Si on faisait un retour dans le temps, qui choisiriez-vous comme le meilleur premier choix de l’histoire de ce repêchage ?

Deux choix des Mariners de Seattle viennent sûrement en tête de liste, soit Ken Griffey Jr (1987) et Alex Rodriguez (1993).

Griffey est au Temple de la renommée après 22 saisons dans les majeures, 10 gants dorés, 630 circuits, 13 participations au match des étoiles et avoir été nommé joueur par excellence en 1997.

Quant à « A-Rod », il a été choisi Joueur par excellence en trois occasions, et il a claqué près de 700 circuits au cours de ses 22 saisons dans les majeures. N’eût été l’usage de produits interdits, il devrait avoir sa niche à Cooperstown.

Si vous pensez à Barry Bonds, il avait été le premier choix des Pirates en 1985, mais choisi au sixième rang au total, car B.J. Surhoff avait été le tout premier choix par les Brewers de Milwaukee.

D’autres noms viennent aussi à l’esprit comme ceux de Chipper Jones (Braves, 1990), Bryce Harper (Nationals, 2010) et Darryll Strawberry (Mets, 1980).

Mike Trout ? Un choix de première ronde des Angels en 2009, alors que Stephen Strasburg, des Nationals, avait été le premier joueur choisi. Trout avait été sélectionné au 25e rang.

Carlos Delgado dominant

Carlos Delgado est sûrement l’un des meilleurs joueurs de l’histoire des Blue Jays de Toronto. L’un de ses faits d’armes est d’avoir obtenu le 300e circuit de sa carrière à son premier tour au bâton le 25 septembre 2003 avant d’en réussir trois autres avant la fin de la rencontre.

Delgado a joué ses 12 premières saisons avec les Jays, avant de passer ses trois dernières avec les Marlins et les Mets.

Avec les Jays, Delgado est toujours le meneur de cette équipe aux chapitres des circuits (336), des points produits (1058), des buts sur balles (827) et des retraits au bâton (1042).

La carte de Derek Jeter

Bien qu’il n’endosse plus l’uniforme des Yankees, leur ancien capitaine Derk Jeter continue d’établir des records.

En effet, lors d’un récent encan, la carte de recrue de Derek Jeter a été vendue pour la somme de 99 100 $. Il s’agit du montant le plus élevé payé pour une carte de joueur de baseball des temps modernes. La carte provenait de la collection 1993 Upper Deck.

Trois cartes d’autres athlètes ont déjà rapporté de plus fortes sommes, soit celles de LeBron James (312 000 $) en 2016 et deux cartes de Tom Brady dont l’une a été vendue 250 000 $ et l’autre plus de 100 000 $ cette année.

Les gènes de Cecil Fielder

Après trois saisons avec les Blue Jays de Toronto, Cecil Fielder s’était exilé au Japon pour retrouver son bon œil au bâton, et en 1989, il avait claqué 38 circuits. Puis, il est revenu avec les Tigers de Detroit et il a canonné 51 circuits en 1990.

Son fils, Prince Fielder, devait réussir 50 circuits en 2007 avec les Brewers de Milwaukee. Ainsi, lui et son père devenaient le seul duo père-fils de l’histoire des majeures avec une saison de 50 circuits.

D’ailleurs, ils ont tous deux terminé leur carrière avec un nombre identique de longues balles, soit 319 chacun.

L’exploit de Sammy Sosa

En raison des soupçons qui pèsent sur lui concernant l’usage possible de produits interdits, Sammy Sosa pourrait bien passer à l’histoire comme membre d’un illustre trio de frappeurs d’au moins 600 circuits sans avoir une niche au Temple de la renommée.

En effet, à moins que l’opinion des gens qui votent pour l’admission des joueurs à Cooperstown ne change, Barry Bonds, qui domine avec 762 circuits, Alex Rodriguez, qui en revendique 696, et Sosa, qui en a réussi 606, n’ont toujours pas franchi les portes du Temple.

Par contre, Sosa pourra toujours se vanter d’être le seul frappeur des majeures à avoir réussi trois circuits dans un même match, trois fois au cours d’une même saison.