/opinion/blogs/columnists
Navigation

Ça déconne à Louiseville

Ça déconne à Louiseville
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Yvon Deshaies est maire de Louiseville, en Mauricie. En avril dernier, quand l’administration montréalaise s’est montrée favorable à ce que les officiers de police (j'avais consacré un papier à la question) puissent afficher leurs signes religieux dans le cadre de leurs fonctions, M. Deshaies avait alors annoncé que la prière et le crucifix reviendraient au conseil municipal.

Puisque la Cour suprême a, en 2015, donné tort à Jean Tremblay, alors maire de Saguenay, quant à sa volonté d’ouvrir les séances du conseil municipal par une prière chrétienne, on se demandait alors quel tour de passe-passe allait bien pouvoir tenter Yvon Deshaies. « Ils viendront m'arrêter », disait-il en avril dernier.

Avant-hier, il a finalement opté pour un moyen détourné. La citation suivante est projetée au conseil municipal, affichant aussi un crucifix : « Selon la Loi constitutionnelle de 1982 de la charte Canadienne des droits et libertés... Il est attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit. Nous allons maintenant nous recueillir... Prière de vous lever. » Le O Canada est ensuite chanté.

Quand il a annoncé le retour de la prière et du crucifix, il y a deux mois, le maire Deshaies présentait son geste comme une manière de ridiculiser la décision de Montréal par rapport au corps policier. « On n’en parlera plus. Chacun va faire ce qu’il veut dire », avait-il déclaré. Une manière de dire qui si un côté refuse de faire des compromis, l’autre lui emboîtera le pas.

Il joue cependant à un jeu dangereux, qui a de tristes relents de guerres de religion. On ne parviendra pas à la laïcité en rouvrant la porte à l’entrée des religions dans les institutions publiques, même si le but affiché est de faire réagir et de susciter le débat. L'administration de Louiseville vient d'indiquer aux municipalités québécoises le mode d'emploi pour ramener la religion au conseil municipal tout en évitant les démêlées avec la justice.

Si elle n’a pas réglé le cas du crucifix qui trône au-dessus du fauteuil de son président (je renvoie encore une fois le lecteur intéressé à mon texte sur le sujet), l’Assemblée nationale a néanmoins, depuis René Lévesque, converti la prière des législateurs en minute de recueillement, où chacun est bien entendu libre de vénérer le dieu auquel il croit... dans sa tête. Ce qui vaut pour les députés doit être en vigueur pour les élus municipaux. Sont-ils des représentants du peuple ou des porte-parole de leur confession religieuse ?

La religion est une question personnelle qui ne peut pas être tranchée avec des arguments rationnels, dans une assemblée politique. Qu'elle en reste en dehors !