/opinion/blogs/columnists
Navigation

Cette féministe déteste les hommes !

Cette féministe déteste les hommes !
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

 

 

Le Washington Post a publié il y a quelques jours un texte complètement ahurissant intitulé Why can’t we hate men ? (Pourquoi on ne pourrait pas haïr les hommes ?). Lien ici.

Je ne pensais pas un jour lire un tel délire de violence et de mépris publié dans les pages d’un journal respectable. C’est bien le signe que le féminisme 2.0 est en train de déraper. En fait, on n’en est même plus au dérapage : il a pris le champ depuis un bon moment.

Ce texte vicieux, enragé, sexiste, est une longue diarrhée verbale d’attaques en règle contre les hommes, tous les hommes, juste parce qu’ils sont des hommes.

C’est signé par Suzanna Danuta Walters,  prof de sociologie et directrice des  études féministes, de genre et de sexualité à Northeastern University.

Après avoir fait la liste de toutes les injustices faites aux femmes, elle affirme qu’il est fini le temps où les femmes étaient fines et compréhensives. « Est-il si illogique de détester les hommes ? », demande-t-elle, compte tenu de tout ce qu’ils ont fait souffrir aux femmes depuis des millénaires ?

Non. Il est temps, dit-elle, de faire un coup à la Thelma and Louise (un encouragement à se faire justice soi-même et une incitation à la violence envers les hommes).

Mais quel amalgame ! Au lieu de dire : « Dénonçons les violeurs, les batteurs de femmes ou les gros machos », elle met TOUS les hommes dans le même panier.

 

Mais c’est le paragraphe suivant qui est le plus délirant. La traduction est de moi.

 

 

« Alors les hommes, si vous êtes vraiment #avecnous  et que vous ne voulez pas qu’on vous déteste pour les millénaires de malheurs que vous avez imposés et qui vous ont profité, commencez donc par faire ceci : Tassez-vous pour qu’on puisse  se tenir debout sans se faire frapper ; Promettez de voter uniquement pour des femmes féministes ; Ne vous présentez pas comme candidats en politique ; Ne soyez pas en position d’autorité ou de responsabilité ; N’occupez aucun poste de pouvoir. On s’en occupe. Et prenez note qu’on n’essuiera plus vos larmes de crocodile. Nous avons toutes les raisons de vous détester. Vous nous avez causé du tort. #àcausedupatriarcat. Il est grand temps de jouer pour l’ÉquipeFéministe. Et de gagner. »

 

Ayoye. Et cette femme enseigne à l’université ? Elle est responsable d’un département ? Et elle veut dire à 50% de la population pour qui ils doivent voter ? En démocratie ? Et elle justifie la haine et la violence au nom du « Œil pour œil, dent pour dent » ?

Elle écrit le plus sérieusement du monde que les hommes doivent quitter leur job et leur position de pouvoir pour laisser toute les place aux femmes parce que... ils sont coupables d’avoir un pénis ?

 

Wow. Et après ça essayez de convaincre les gens que le féminisme 2.0 n’est pas anti-hommes.

Quand j’ai lu ce texte, au début je pensais que c’était une parodie du discours pamphlétaire féministoradicalointersectionnel. Mais non, c’est un vrai texte d’opinion, écrit par une vraie prof, publié dans un vrai journal. #parcequonesten2018.

 

C’est en lisant des torchons pareils que je comprends pourquoi de moins en moins de femmes ont envie de porter l’étiquette de féministes. On peut être pour l’égalité hommes-femmes sans vouloir être associée à ces dogmatiques, hystériques, haineuses, et radicales.