/sacchips/harddrive
Navigation

Rockfest: Le calme avant la tempête

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

Coup d'oeil sur cet article

Mercredi après-midi à Montebello. Deux hommes tuent le temps devant leur résidence pour personnes âgées, rue Notre-Dame.

Sur une rue transversale, une dame tond tranquillement sa pelouse, pendant qu’un premier campement s’érige dans sa cour arrière.

Au milieu de la rue principale, un jeune homme titube, déjà, le regard vide.

Une sorte d’accalmie pour cette bourgade d’à peine 1000 âmes, qui s’apprête à être submergée par des milliers de festivaliers dans le cadre de la 13e édition de l’Amnesia Rockfest.

«C’est le calme avant la tempête», résume candidement Richard Simard, du restaurant Chez Guy, qui a commencé à servir ses premiers déjeuners en matinée.

«On est arrivé lundi parce qu’on avait un gros set-up à monter», enchaine l’employé de la gigantesque cantine, en pointant ses installations et l’immense chapiteau qui sert de salle à manger.

Dans moins de 24 heures, les clients joueront du coude devant son bouiboui pour s’enfiler de la malbouffe.

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

Un peu plus loin, Alain B. terminait à peine l’installation de son kiosque de t-shirts. «Le singe se vend bien d’habitude, le joker aussi», énumère-t-il à propos de sa marchandise, représentant des personnages diaboliques.

C’est le Rockfest après tout et pas le Salon de la mariée.

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

Sur l’immense site près de la marina, des équipes s’affairaient encore à ériger les scènes (trois au lieu de cinq cette année), où 75 bands se produiront cette année, contre 120 l’an dernier. Parmi les têtes d'affiche, mentionnons au passage Weezer, Prophets of rage, Tenacious D., Stone Temple Pilot, Rancid et Sum 41. 

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

Vision étrange que celle des toilettes chimiques propres, d’où s’échappait même une odeur d’eau de javel.

Ici aussi, c’était le calme avant la tempête.  

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

Au supermarché Bonichoix, les vitrines étaient placardées de feuilles de contreplaqués.

Si le Rockfest est une mine d’or pour plusieurs résidents de la place, le propriétaire de l’endroit à néanmoins décidé de fermer boutique pour la durée de l’évènement, une première en 13 ans.

«Ce n’est pas rentable. On ne fait pas assez de profits sur la bière et les cigarettes et il faut complètement virer le magasin à l’envers», justifie le propriétaire, soulignant que la clientèle n’a rien à se reprocher et s’est toujours bien comporté.

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

En bordure de l’immense terrain de camping encore désert, rue Henri-Bourassa, un jeune couple de Joliette jammait joyeusement en fin d’après-midi, en sirotant une bière.

«On a décidé d’arriver d’avance pour avoir un spot ici. Le stationnement coûte juste 50 $ et on dort dans notre camion», raconte Maxime Proteau, qui se prépare à vivre son cinquième Rockfest.

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

À un jet de pierre, Christopher Lavoie et Dany Langlois savouraient devant leur tente un moment de détente avant le tumulte des prochains jours.

«C’est notre première fois sur ce terrain. On a l’impression que ça va être plus relaxe cette année», philosophe Christopher, un irréductible du festival de la première heure.

Les deux chums de Magog étaient encore presque seuls sur un grand terrain gazonné. «On va presque pas voir de shows. On vient surtout pour chiller», résume Dany.

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

Dans un parc voisin, une bande de jeunes s’amusaient calmement dans les balançoires, une bière à la main.

«Reviens-nous voir dans quelques heures, on va être pas mal moins tranquilles!», a lancé l’un d’eux à notre collègue Christina, qui immortalisait la scène.

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

De retour sur la rue Cartier où Disque dur s’est improvisé un bureau depuis deux ans, notre hôtesse Sophie Laflamme accueillait également ses premiers festivaliers.

Depuis cinq éditions, Oli et Pelo sont les premiers à planter leur tente derrière le bungalow de Sophie, où une dizaine de tentes sont attendues. «Ils sont les premiers à arriver et les derniers à partir, après avoir aider à faire le ménage», louange Sophie, au sujet des deux campeurs. 

Rockfest: Le calme avant la tempête
Christina Labelle

Pour l’heure, la soirée s’amène et la météo parle d’une vraie tempête, avec des vents violents qui souffleront sur la région.

Mais la vraie tempête, c’est demain qu’elle s’abattra, dans un déluge de décibels et de bières.