/news/health
Navigation

Protocole pour encadrer les allergies alimentaires: un projet de loi déposé demain à l'Assemblée nationale

EpiPen
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Un projet de loi pour doter toutes les écoles du Québec d’un seul et même protocole pour encadrer les allergies alimentaires sera déposé demain à l’Assemblée nationale. 

Selon ce qu’a appris le Journal, le projet de loi présenté par la députée péquiste Carole Poirier vise aussi à obliger toutes les écoles à se munir d’un auto-injecteur, comme l’Epipen ou le Twinject, au cas où un élève ferait une crise entre ses murs.

Actuellement, chaque établissement scolaire est libre d’appliquer ses propres règles en matière d’allergie alimentaire.

«Moi, ma fille, elle l’avait son Epipen, mais personne ne savait comment s’en servir», a commenté Sylvain Lefort, dont la fille Megann, 6 ans, a succombé à une crise d’allergie en 2010 à son service de garde.

Huit ans plus tard, M. Lefort s'est réjoui que des élus s'engagent enfin à revoir les façons de faire.

Car malgré la mort tragique de sa fille et la forte mobilisation qui s’en est suivie, c’est la première fois qu’un projet de loi se rend jusqu’au parlement.

La pièce législative n’a toutefois pas de chance d’être adoptée de si tôt, la session parlementaire s’achevant vendredi.

Le Québec est la seule province canadienne qui n’a jamais légiféré sur le sujet.