/news/currentevents
Navigation

Retraite moins dorée pour le chef du «gang de l’âge d’or»

L’État va revendre huit propriétés saisies au trafiquant de drogue Bruno Varin

Bruno Varin<br>
<i>Détenu</i>
Photo courtoisie Bruno Varin
Détenu

Coup d'oeil sur cet article

Le chef d’un réseau de trafiquants de drogue surnommé le « gang de l’âge d’or » vient de se faire confisquer une petite fortune en propriétés, acquises avec de l’argent sale.

Bruno Varin, 70 ans, a été dépouillé de quatre immeubles et d’autant de terrains d’une valeur totale de 1,9 million de dollars, que la procureure générale du Québec s’apprête à revendre aux plus offrants.

Le récidiviste montréalais, qui purge une peine de 10 ans et demi de pénitencier depuis juin 2017, a récemment admis que ces biens constituaient des « produits de la criminalité » et a consenti à leur confiscation définitive.

On compte notamment deux immeubles à logements situés dans le quartier Ville-Émard, un chalet dans les Laurentides et des terrains vacants à Châteauguay.

Un triplex situé sur la rue Beaulieu, à Ville-Émard, évalué à 878 000 $ au registre foncier de la Ville de Montréal, compte parmi les propriétés confisquées à Bruno Varin.
Photo Ben Pelosse
Un triplex situé sur la rue Beaulieu, à Ville-Émard, évalué à 878 000 $ au registre foncier de la Ville de Montréal, compte parmi les propriétés confisquées à Bruno Varin.

Beaucoup de poudre

Comme l’arrestation du vétéran trafiquant résulte d’une enquête du SPVM, la moitié des fonds récoltés par l’État avec la revente des propriétés de Varin devrait aboutir dans les coffres de la Ville de Montréal et de son corps de police.

C’est le projet Loupe qui avait permis d’épingler Varin et une quarantaine de ses comparses, dont plusieurs sexagénaires et septuagénaires, en mai 2014.

Ce réseau qui avait des liens d’affaires avec la mafia italienne, les Hells Angels et le gang de l’Ouest, planifiait d’importer 1200 kg de cocaïne, d’une valeur de 60 millions $.

L’organisation envoyait des passeurs jusqu’à Miami, en Floride, pour prendre livraison de la poudre blanche. Après en avoir rapporté 50 kilos avec succès, le gang de l’âge d’or a vu l’un de ses employés s’en faire saisir 123 kilos dans sa camionnette, en Ontario.

On voit la camionnette dans laquelle étaient cachées 123 briques d’un kilo de cocaïne qu’il était allé chercher en Floride le 6 mai 2014. Un livreur de son réseau s’est fait arrêter à Sarnia, en Ontario.
Photo courtoisie
On voit la camionnette dans laquelle étaient cachées 123 briques d’un kilo de cocaïne qu’il était allé chercher en Floride le 6 mai 2014. Un livreur de son réseau s’est fait arrêter à Sarnia, en Ontario.

Filmé la main dans le sac

Varin a aussi été filmé à son insu en train de manipuler des briques de coke dans un entrepôt de distributrices du secteur LaSalle, qui servait de cachette de stupéfiants.

Lors de perquisitions menées à certaines de ses propriétés, les policiers y ont trouvé de la drogue, de l’argent, des armes à feu et même des œuvres d’art volées.

– Avec la collaboration de Philippe Langlois, Bureau d’enquête


► La police avait aussi arrêté la conjointe et le fils de Bruno Varin dans cette affaire. Jean-Sébastien Varin a écopé de 46 mois d’incarcération, tandis que la poursuite a abandonné les accusations contre Nicole Desrosiers le jour où son mari s’est avoué coupable de complot, trafic de stupéfiants et gangstérisme.