/opinion/blogs/columnists
Navigation

Debout pour l'école !

Debout pour l'école !
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Le collectif Debout pour l'école entre en scène aujourd'hui. Je suis l'un des nombreux signataires initiaux et j'ai participé modestement au chantier sur la profession enseignante (Artisan-e-s de l'éducation). Pour reprendre les mots de mon collègue Mathieu Bernière, ce mouvement se veut à la fois idéaliste et pragmatique, critique et rassembleur, mais par-dessus tout, constructif.

Il s’agit d’un collectif citoyen de réflexion et d’intervention sur l’éducation au Québec. Nos revendications argumentées sont issues de recherches, de rapports et des aspirations de mouvements citoyens des dernières décennies. Elles s’appuient sur l’idéal d’une société réellement démocratique et favorisant la justice sociale. Nous voulons remettre les enjeux de l’éducation au cœur des débats de la société québécoise, car l’éducation est le socle d’une culture commune et du savoir-vivre ensemble. 

Debout pour l’école est un collectif indépendant de toutes organisations, qu’elles soient syndicales, politiques, communautaires ou professionnelles ; seuls des individus peuvent en être membres.

Au cours de la dernière année, nous avons ouvert trois chantiers d’analyse, de réflexion, d’échanges, d’écriture collective et produit trois documents contenant des revendications précises, réalistes et essentielles sur les trois thèmes suivants :

1. Le chantier Éducation : qualité et équité vise à ce que le système scolaire soit un moteur de justice sociale et de réduction des inégalités socioéconomiques et culturelles. Nous désirons un système où toutes et tous auront accès à une éducation de qualité, peu importe les écoles, les programmes, les collèges et les universités, et où élèves, étudiantes et étudiants handicapés, en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage, les nouveaux arrivants et les autochtones qui fréquentent le système scolaire québécois recevront le soutien approprié.

2. Le chantier Développer les compétences langagières à l’oral et à l’écrit traite de l’importance d’une solide formation langagière tant à l’oral qu’à l’écrit étant donné le rôle crucial du langage pour le développement intellectuel et social d’une personne. L’apprentissage du français, langue première au Québec, doit être amélioré au cours de toute la scolarisation.

3. Le chantier Revaloriser le travail des artisan-e-s de l’éducation décrit les inacceptables conditions de travail de celles et ceux qui travaillent dans le milieu de l’éducation. Compte tenu de l’importance de l’éducation dans une société qui se veut démocratique et juste, il faut améliorer la condition de tous ceux qui œuvrent en éducation, notamment des enseignantes et enseignants récemment embauchés. Il faut de plus promouvoir une formation continue de qualité et bonifier la formation initiale du corps enseignant.

Au cours des prochains mois, d’autres chantiers seront ouverts et nous diffuserons largement nos revendications, les débattrons sur la place publique et soutiendrons toutes les initiatives citoyennes visant à promouvoir un système scolaire inclusif, de qualité et qui soit le creuset d’une culture commune.

Nous ne pouvons plus laisser les pouvoirs politiques et administratifs décider seuls de l’avenir de notre société.

Bref, comme le mentionne Mme Suzanne-G. Chartrand, le collectif entend défendre la mission de l’école et l’importance cruciale de l’éducation, toutes deux grandement menacées. 

________________________________________

Debout pour l’école !

Liens : Site web, page Facebook