/finance/opinion/columnists
Navigation

Gaspillage d’argent public pour la Conférence des Desmarais

Coup d'oeil sur cet article

Que Power Corporation, de la famille Desmarais, soit le principal partenaire et commanditaire corporatif de la société Forum économique international des Amériques, l’organisateur de la Conférence de Montréal qui réunit annuellement le gratin de la finance mondiale, je n’y vois aucun problème.

Les entreprises privées ont bien le droit de commanditer les organisateurs des événements qui les enchantent.

Mais que nos gouvernements, nos sociétés d’État et autres organismes financés par l’État fassent partie des généreux commanditaires-partenaires d’événements comme la Conférence de Montréal, je trouve cela inadéquat. Aucunement pertinent. C’est du gaspillage de fonds publics.

Mon collègue Sylvain Larocque a calculé que nos gouvernements et organismes publics ont versé dans le cadre de la présente édition de la Conférence de Montréal (du 11 au 14 juin) un peu plus de 1,6 million $ en commandites. C’est la société créée par l’ex-ministre Gil Rémillard, soit le Forum économique international des Amériques (FEIA), qui organise annuellement la Conférence de Montréal.

GROSSES COMMANDITES

Au nombre des plus généreux commanditaires de la Conférence de Montréal, on trouve notamment cette année le gouvernement du Québec (500 000 $), le gouvernement fédéral (350 000 $), la Caisse de dépôt et placement du Québec (150 000 $), l’Autorité des marchés financiers (150 000 $), Hydro-Québec (100 000 $), Investissement Québec (100 000 $), la Ville de Montréal (100 000 $), etc.

Évidemment, le FEIA ne rate pas l’occasion de rappeler qu’il « se démarque par sa plateforme unique bâtie grâce à une étroite collaboration avec les différents paliers de gouvernements et un grand nombre d’institutions internationales, et grâce à l’accent porté à fournir une information privilégiée qui permet de prendre les meilleures décisions ».

TRÈS CHER

Assister à la Conférence de Montréal, ça coûte très cher. L’inscription régulière s’élève à 700 $ pour une journée, 1250 $ pour deux jours et 1600 $ pour les quatre jours (du 11 au 14 juin).

Une inscription au « Club exécutif » revient à 1750 $ (1 jour), à 3000 $ (2 jours) ou à 3500 $ (4 jours).

Et ça rapporte quoi ? « Le Club exécutif de la Conférence de Montréal offre un accès privilégié aux nombreux conférenciers nationaux et internationaux et aux invités de marque de la conférence. Le Club exécutif vous permet de maximiser votre participation à la conférence en offrant un environnement idéal pour planifier des rencontres privées et bâtir ou développer des réseaux d’affaires. »

Le forfait corporatif commence à 5800 $ pour un jour, grimpe à 9200 $ pour deux jours et à 12 700 $ pour les quatre jours.

On vous promet en retour de votre investissement que cela « vous permettra de maximiser la visibilité de votre organisation et de tirer profit » de votre participation à la conférence.

Quelque 210 conférenciers, provenant de 60 pays, participent à la Conférence de Montréal, dont le thème cette année est : « Une nouvelle mondialisation : gérer l’incertitude ».

Le mot de la fin à la ministre de l’Économie, Dominique Anglade : « Notre gouvernement est fier de participer à la 24e Conférence de Montréal, durant laquelle nous démontrons encore une fois que le Québec suit un plan rigoureux afin d’assurer sa prospérité. »

Quand on se paie une commandite de 1 million $ dans une sélecte conférence privée, on repassera pour la rigueur financière !