/news/politics
Navigation

Adoption sous bâillon du projet de loi qui permettra à La Presse de devenir un OBNL

Adoption sous bâillon du projet de loi qui permettra à La Presse de devenir un OBNL
Photo Agence QMI, Maxime Deland

Coup d'oeil sur cet article

Le quotidien La Presse pourra finalement devenir un OBNL : le gouvernement Couillard a fait adopter sous bâillon jeudi soir un projet de loi privé permettant à la famille Desmarais de changer la structure du média.

« Les représentants de La Presse, l’entreprise, mais les syndicats aussi [...] nous ont dit que, pour eux, c’est une question de santé financière », a expliqué le leader parlementaire libéral Jean-Marc Fournier. Il a justifié l’usage de cette procédure d’exception en raison du refus allégué de la députée indépendante Martine Ouellet d’accorder son consentement pour qu’une adoption régulière de la loi soit possible.

Puisque celle-ci a été déposée après le 15 mai, le gouvernement devait obtenir l’appui unanime des élus pour passer au vote, mais Jean-Marc Fournier a court-circuité ce processus avec un bâillon, ce qui a été dénoncé par QS et le PQ.

Québec solidaire a déploré par exemple que Power Corporation, propriétaire de La Presse, ait laissé très peu de temps aux parlementaires pour débattre de la loi. Cela n’a pas empêché la formation de gauche d’appuyer la pièce législative, avec le Parti libéral et la CAQ.

Le PQ a voté contre

Le PQ a toutefois voté contre et s’en est pris à la ligne éditoriale du journal. « La Presse est tout à fait libre d’appeler à voter pour le Parti libéral. Ce n’est pas ça qu’on remet en cause. [Mais] l’intérêt du Parti libéral, c’est de faire plaisir à ceux qui vont les aider à se faire réélire, alors ils sont en conflit d’intérêts », a lancé le chef péquiste Jean-François Lisée en après-midi.

En vertu d’une loi privée adoptée en 1967, La Presse doit obtenir l’approbation des élus de l’Assemblée nationale pour changer de propriétaire.

« Il n’y a [aucun autre média] qui a cette camisole de force », a plaidé Jean-Marc Fournier. Ce dernier affirme « qu’il y a urgence » d’agir puisque les élections de l’automne prochain et le processus législatif pour faire adopter un projet de loi privé pourraient retarder la modification jusqu’en 2019.

« Honteux »

L’ex-chef du Bloc québécois Martine Ouellet a qualifié de « honteux » la décision du gouvernement d’imposer un bâillon et a dénoncé l’adoption accélérée du projet de loi. Elle estime que Power Corporation bénéficie du « favoritisme » du PLQ.

En utilisant le bâillon, une procédure d’exception, le premier ministre Philippe Couillard affirme vouloir protéger les retraités de La Presse « qui se demandent si leur fonds de pension va être protégé, avec toute l’incertitude qui entoure l’entreprise actuellement ».