/lifestyle/columnists
Navigation

La tendresse, c’est quoi exactement?

Coup d'oeil sur cet article

Je suis né dans une famille dysfonctionnelle. Ma sœur et moi avons d’abord été placés chez une tante et un oncle qui n’avaient pas d’enfants et qui avaient accepté de nous prendre à charge, vu la consommation abusive de substances par nos parents.

Ma sœur a vécu chez eux jusqu’à ce quelle entre sur le marché du travail, mais vu mon caractère bouillant, je fus placé dès l’adolescence par la DPJ en famille d’accueil. Réfractaire à toute discipline, j’étais souvent puni, tant chez ma tante que dans ma famille d’accueil. Je ne me souviens pas d’avoir entendu un seul compliment à mon endroit de toute mon enfance. J’étais toff à supporter me disait-on.

Je ne me souviens pas d’avoir jamais été embrassé par qui que ce soit. Pas plus par ma mère que par qui que ce soit d’autre par la suite. Je suis un homme qui s’est fait tout seul à force de défoncer les portes. J’ai fait mon chemin dans un métier difficile et je m’en sors très bien aujourd’hui.

Le seul plan où ça va moins bien, c’est celui des relations avec les femmes. J’ai eu quelques blondes, mais ça n’a jamais duré longtemps. Paraît-il que je manquerais de délicatesse, plus exactement de tendresse dans mes rapports avec elles. Mais c’est quoi bordel la tendresse? Elles aiment toutes ça un gars viril au début, mais elles ont toutes la maudite excuse de « mon manque de tendresse » pour me domper ensuite. C’est certain que j’ai rien d’une moumoune puisque j’ai passé ma vie à me battre pour faire ma place. Mais vas-tu falloir que je devienne quelqu’un d’autre pour réussir à être aimé pour ce que je suis, ou devrais-je y renoncer?

Anonyme

L’abandon parental dont vous avez été victime dès votre jeune âge a certainement laissé une première grosse trace en vous. Le deuxième abandon à l’adolescence a incrusté les blessures émotives. Habitué de lutter pour faire votre place dans la vie et n’ayant jamais profité d’un accueil maternel propice à bâtir votre sécurité, vous avez été privé de cette tendresse qu’on vous réclame aujourd’hui et que vous ne pouvez pas prodiguer vu que vous ne savez même pas ce que c’est. Mais comme vous auriez intérêt à vous familiariser avec cet aspect important de la vie en général et de la vie à deux en particulier, je vous conseillerais de vous adresser au Réseau Hommes Québec qui offre, un peu partout à travers la province, une place d’écoute et de parole réservée aux hommes. Je suis convaincu que vous y trouveriez de quoi alimenter votre réflexion sur le sujet de la tendresse et peut-être aussi une voie à emprunter pour corriger un passé déficient dont vous n’êtes nullement responsable, mais que vous auriez intérêt à améliorer.