/news/politics
Navigation

Manon Massé de retour à l’Assemblée nationale

La députée et co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé est de retour jeudi à l’Assemblée nationale du Québec après six semaines de convalescence.
Photo d'archives Simon Clark La députée et co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé est de retour jeudi à l’Assemblée nationale du Québec après six semaines de convalescence.

Coup d'oeil sur cet article

La députée et co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé est de retour jeudi à l’Assemblée nationale du Québec après six semaines de convalescence.

Manon Massé s’était cassé le fémur en ski, en avril, et se trouvait depuis en réadaptation physique.

Fin mai, alors qu’elle était obligée de rester dans un CHSLD, elle avait déploré en entrevue avec TVA Nouvelles qu’«il n'y a pas les ressources nécessaires dans le public pour que je puisse prendre mon congé, alors que si j'allais au privé, je pourrais le prendre aujourd'hui».

Alors qu’elle fait son retour, jeudi, à l’Assemblée nationale, elle est notamment revenue sur sa convalescence dans un billet publié sur le Huffington Post Québec et intitulé «Le carnet du fémur: M. Couillard, c’est l’heure des bilans».

«Je reviens au bon moment, parce qu'en cette fin de session, il y a beaucoup à dire sur le bilan du gouvernement libéral de Philippe Couillard. Parlons d'abord de la santé, un secteur que j'ai appris à mieux connaître au cours des dernières semaines», écrit Mme Massé.

«Le premier ministre et son ministre de la Santé répètent ad nauseam que le réseau se porte mieux et que les patients sont mieux servis que jamais. La réalité sur le terrain, c'est que le personnel est épuisé et déboussolé par la réforme Barrette.

Les patients, pour leur part, font les frais des compressions des premières années du gouvernement Couillard. Il n'y a que trois gagnants de la réforme Barrette: les médecins spécialistes, qui gagnent toujours plus d'argent, les cliniques privées, qui prennent de plus en plus de place, et les compagnies d'assurance, qui profitent du désengagement de l'État», poursuit-elle.

La candidate de Québec solidaire au poste de première ministre a indiqué que son parti «s'engage à remettre de l'ordre en Santé, notamment en ramenant le salaire des médecins spécialistes à un niveau décent, en redonnant aux CLSC leur véritable vocation et en instaurant une assurance dentaire pour tous».