/world/europe
Navigation

Poutine réitère son invitation à Kim Jong Un à se rendre en Russie

Poutine réitère son invitation à Kim Jong Un à se rendre en Russie
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MOSCOU | Le président russe Vladimir Poutine a réitéré jeudi son invitation au dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong Un, à se rendre en Russie, à l’occasion d’une rencontre au Kremlin avec un haut responsable nord-coréen.

«J’aimerais confirmer notre invitation au camarade Kim Jong Un à se rendre en Russie», a déclaré M. Poutine, en recevant le président du parlement nord-coréen Kim Yong Nam, avant l’ouverture du Mondial-2018.

«On pourrait notamment le faire dans le cadre du Forum économique de l’Est» qui aura lieu du 11 au 13 septembre à Vladivostok, dans l’Extrême-Orient russe, a-t-il précisé.

Vladimir Poutine participe traditionnellement à ce forum, où est attendu le premier ministre japonais Shinzo Abe. Cette année, le dirigeant chinois Xi Jinping y a également été invité.

Kim Jong Un ne s’est jamais rendu en Russie, mais son père Kim Jong-il avait notamment visité son grand voisin en 2011 et 2002.

L’invitation en Russie a déjà été transmise au leader nord-coréen lors de sa rencontre avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov à Pyongyang fin mai.

«Nous avons toujours aspiré à régler tous les problèmes autour de la péninsule coréenne», a souligné M. Poutine, en saluant le sommet historique ayant réuni le 12 juin à Singapour le dirigeant nord-coréen et le président américain Donald Trump.

«Ce n’est que le premier pas vers un règlement total. Mais grâce à la bonne volonté des deux leaders, ce pas a été fait», a-t-il estimé.

«Cela crée sans doute les conditions pour une avancée ultérieure et baisse le niveau général des tensions autour de la péninsule coréenne», a ajouté M. Poutine, en soulignant que cette rencontre «a fait éloigner un éventuel scénario négatif» qui risquait d’aboutir à un «conflit armé d’envergure».

Donald Trump et Kim Jong Un ont eu mardi à Singapour un tête-à-tête historique, qui a abouti à la signature d’une déclaration commune sans percée majeure sur la question cruciale de l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord.

M. Trump a annoncé que les États-Unis allaient cesser leurs manoeuvres militaires conjointes avec la Corée du Sud, qu’il a lui-même qualifiées de «très provocatrices» envers le Nord.