/portemonnaie/job
Navigation

Les robots vont-ils voler votre job?

Les robots vont-ils voler votre job?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les analystes s’accordent sur une chose: l’automatisation est en chemin et va bouleverser l’économie mondiale.

À mesure que la technologie innove et s’améliore, de nouvelles perspectives d’affaires sont ouvertes. Alors que certains préfèrent y voir un bon présage pour la croissance et la productivité, d’autres annoncent d’inquiétants changements, en particulier pour l’emploi.

Des avancées inévitables

Les robots vont-ils voler votre job?
AFP

L’innovation technologique a été à la base de nombreux sauts qualitatifs pour l’Humanité. De la découverte du feu à Facebook, les Hommes ont pas mal évolué.

La prochaine étape semble être celle de l’intelligence artificielle, soit la possibilité pour des algorithmes de prendre des décisions complexes de manière autonome.

Adaptée à l’industrie, elle permet d’accélérer l’automatisation puisque les machines se retrouvent capables de reproduire des tâches autrefois dédiées aux humains.

Les robots vont-ils voler votre job?
AFP

Dans les entrepôts d’Amazon, par exemple, les robots Kiva s’occupent de  soulever les bonnes étagères et de les ramener aux préparateurs de commande, qui n’ont plus à se déplacer.

Ainsi, l’automatisation présente plusieurs avantages pour l’industrie :

  • Elle améliore la productivité. C’est un fait indéniable. C’est ce que rappelle notamment Acemoglu (MIT) et Restrepo (Boston University) dans leur étude Robots and Jobs : Evidence From US Labor Markets. Les Kiva d’Amazon permettent un gain de temps de 50% dans la préparation des commandes.
  • Elle permet aux machines de faire des tâches autrefois pénibles et dangereuses pour les travailleurs comme l’exploration des mines ou le port de lourds matériaux. Cela éviterait un bon nombre d’incidents sur les lieux de travail.
  • Comme le rappelle Lindsey Burke et James Sherk de la Heritage Foundation, l’automatisation est aussi un investissement qui finit par diminuer les coûts de production de l’entreprise qui l’implante. Les machines n’ont pas besoin de repos, ne tombent pas malades et peuvent donc fonctionner 365 jours, 24h/24.
Les robots Kiva dans un entrepôt Amazon.
AFP
Les robots Kiva dans un entrepôt Amazon.

Les robots vous remplaceront-ils ?

De nombreux économistes et spécialistes se sont penchés sur la question et leurs réponses sont loin d’être unanimes.

Un rapport de la firme de conseil McKinsey datant de novembre 2017 affirmait que près de 800 millions de personnes perdraient leur emploi dans le monde à cause des robots. Cela représente plus d’un cinquième des travailleurs dans le monde.

De même, une étude de 2016 du Brookfield Institute for innovation + entrereneurship affirme que 42% des emplois canadiens risquent fortement d’être affectés par l’automatisation.

De son côté, la Fédération Internationale de Robotique prévoit que 1,7 million de nouveaux robots peupleront les usines d’ici 2020.

Les robots vont-ils voler votre job?
AFP

Toutefois, tous les secteurs ne seraient pas touchés de la même manière, ce qui relativise les conséquences globales de ce phénomène.

Un récent commentaire de l’Institut C.D. Howe sur l’automatisation au Canada concluait qu’il «est très peu probable que les emplois dans des professions très susceptibles à l’automatisation (35 % des emplois au Canada) soient complètement remplacés par des machines intelligentes au cours des prochaines années».

L’étude indique également que l’automatisation touche surtout les tâches routinières telles que le travail administratif et la manufacture, tandis qu’elle impactera moins les tâches non routinières comme les soins personnels ou les professions libérales en santé, en finance ou en droit.

Une adaptation obligatoire

Les robots vont-ils voler votre job?
AFP

Les défenseurs de l’automatisation rappellent néanmoins que l’économie s’est toujours adaptée aux innovations technologiques, et que celles-ci ont largement contribué à l’amélioration des niveaux de vie.

Seulement, comme le notent McAfee et Brynjolfsson, professeurs du MIT, les progrès technologiques actuels se font plus rapidement que les avancées précédentes, ce qui présage une période de chômage massif, en particulier pour la classe moyenne dont les salaires subissent déjà une pression à la baisse à cause de l’automatisation.

Au final, l’automatisation est inévitable et il faudra s’en accommoder. Ses conséquences devront être gérées de manière responsable afin de permettre une qualité de vie décente aux millions de gens ordinaires qu’elle impactera.

D’après l’économiste libéral Paul Krugman, cela exigera une mesure vieille comme le monde: un meilleur partage des richesses.
 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux