/misc
Navigation

Nos auteurs

CA_Patrick-DésyClaude LangloisMathieu Turbide

5 vins pour (re)découvrir le gewurztraminer

Coup d'oeil sur cet article

C’est le mal-aimé d’Alsace. Des quatre cépages autorisés à porter la mention « grand cru », c’est le plus souvent dénigré, tant par la presse spécialisée que par les sommeliers.

On lui préfère le riesling, le pinot gris, le muscat, voire le sylvaner qui profite d’une dérogation sur le lieu-dit Zotzenberg. Cépage emblématique de l’Alsace, le gewurztraminer est originaire du Tyrol, dans le nord-est de l’Italie où il a comme ancêtre le traminer. Le préfixe « gewurtz » signifie « épicé » en allemand. Sa grande intensité aromatique évoque la rose, le litchi, et, bien sûr, les épices, ce qui ne plaît pas à tous. Sa teneur élevée en sucre et sa robustesse le prête bien aux vendanges tardives (VT) et aux sélections de grain noble (SGN), des vins très sucrés, mais qui bénéficient d’un bel équilibre par leur acidité élevée. Rarement sec, il est doté d’un remarquable potentiel de garde. Il n’est pas simple à placer en dégustation. Sans parler de son prix généralement élevé. Pourtant, lorsque bien vinifié, il peut donner des vins complexes qui peuvent faire des accords redoutables à table. Pour vous faire votre propre tête sur ce cépage boudé – mais que j’aime beaucoup – en voici cinq à essayer.

Buvez moins. Buvez mieux.

Hugel 2014

Photo courtoisie, SAQ

Gewurztraminer, Alsace : C’est probablement l’exemple le plus classique du gewurztraminer. Installée depuis 13 générations dans le village historique de Riquewihr, la famille Hugel élabore parmi les meilleurs gewurzt, dont des VT et SGN d’anthologie. Cette cuvée classique et abordable montre beaucoup d’intensité au nez avec ces notes typiques de rose, de litchis et d’épices. En bouche, la matière est ample, concise, énergique tout en restant délicate. C’est frais, agréable et de bonne persistance. Parfait avec la cuisine vietnamienne.

13 % France | Vin blanc | 19,65 $ | 8 g/l

★★★ | $$

CODE SAQ : 329235

Léon Beyer 2015

Photo courtoisie, SAQ

Gewurztraminer, Alsace : Léon Beyer est l’une des plus anciennes références à la SAQ, les vins étant proposés au Québec depuis les années 1950. Fondée en 1580, la maison possède parmi les plus belles parcelles autour d’Eguisheim, épicentre viticole d’Alsace. Elle se distingue surtout pour élaborer des vins complètement secs. C’est le cas pour ce gewurztraminer qui laisse échapper des parfums déjà complexes de poire, de menthe, de craie et d’épices douces. En bouche, la matière paraît nourrie, délicate et ciselée par une vive acidité. Longue finale fruitée et saline. Garde de 5 à 10 ans. Idéal avec les poissons comme le saumon ou la morue.

13,5 % France | Vin blanc | 26,30 $ | 2,6 g/l

★★★ | $$$

CODE SAQ : 978577

Quails’ Gate 2016

Photo courtoisie, SAQ

Gewurztraminer, Okanagan : Bien que l’Alsace soit la région de prédilection pour le gewurztraminer, on le trouve ailleurs dans le monde. Celui élaboré par Quail’s Gate, en Colombie-Britannique est un bel exemple. Une expression plus retenue du cépage. Moins d’exubérance au nez tout en restant précis. Notes de miel, d’abricot et d’agrume. C’est demi-sec, sans lourdeur et doté d’une buvabilité certaine. Boire jeune. Compagnon parfait de la cuisine thaïe.

13,5 % Canada | Vin blanc | 19,00 $ | 11 g/l

★★ ½ | $$

CODE SAQ : 12901682

Trimbach 2014

Photo courtoisie, SAQ

Gewurztraminer, Alsace : Autre vénérable maison qui produit le plus grand vin sec d’Alsace, voire l’un des meilleurs blancs de France : le Clos Sainte-Hune. Beaucoup plus accessible, le gewurztraminer se veut un vin demi-sec. Des parfums agréables de fleur sauvage, de calcaire, de papaye et de poivre blanc. C’est puissant, précis et long. L’équilibre sucre/acidité le rend facile à boire. Il pourra se conserver 5 à 7 ans. Par ici le plateau de sushis !

14 % France | Vin blanc | 28,10 $ | 9,8 g/l

★★★ | $$$

CODE SAQ : 317917

Rosenberg 2015

Photo courtoisie, SAQ

Barmès Buecher, Alsace : L’esprit d’une vendange tardive, sans le taux de sucre et le prix qui viennent avec. Exploitation familiale récente (1985) convertie à la biodynamie en 2010 et dont les vins sont délicats. Le coteau de Rosenberg est considéré comme l’un des meilleurs « premiers crus » d’Alsace. Généreux tout en étant finement parfumé, le vin montre une richesse contenue et une finale mielleuse/crayeuse. Potentiel de garde : 7-10 ans. Une caresse à siroter les soirs d’été avec votre douce moitié ou pour accompagner un fromage munster.

13,5 % France | Vin blanc | 33,25 $ | 30 g/l

★★★ ½ | $$$

CODE SAQ : 11655774


★ Correct

★★ Bon

★★★ Très bon

★★★★ Excellent

★★★★★ Exceptionnel

Plus d’étoiles que de dollars: vaut largement son prix.

Autant d’étoiles que de dollars: vaut son prix.

Moins d’étoiles que de dollars: le vin est cher.

www.saq.com