/misc
Navigation

La porte pour Michaëlle Jean

CANADA-POLITICS/
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Couillard et Trudeau persistent

Michaëlle Jean, il faut bien le dire, est une bougonne pour qui il est tout à fait normal que les citoyens canadiens paient pour toutes ses extravagances sans rien dire. Au moins, si l’ex-journaliste de Radio-Canada faisait quelque chose de vraiment utile pour le bien commun! Mais non, elle a été gouverneure générale du Canada et elle est secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), deux institutions inutiles qui coûtent cher aux contribuables canadiens et qu’il faudrait abolir au plus vite. Je pense bien que si la dame n’est pas réélue au mois d’octobre prochain à la tête de l’OIF, Justin Trudeau, qui l’aime beaucoup, va la nommer sénatrice à Ottawa. Comme le poète disait : « jamais deux sans trois », dans le sens que la bourgeoise obtiendra une énième job sur le bras des contribuables dans un autre organisme futile et ridicule qu’il faudrait également faire disparaître. Soyons positifs et reconnaissants à madame Jean et son humour lorsqu’elle a clamé haut et fort : « Je ne suis pas une princesse » (98.5 FM, 13 juin 2017). Mais quelle humilité! Michaëlle Jean n’est pas une princesse, elle est la reine!

Alors que pratiquement tout le monde veut qu’elle déguerpisse, incluant les chroniqueurs et les journalistes, je ne comprends absolument pas l’entêtement chronique de Philippe Couillard et de Justin Trudeau de continuer à s’obstiner de l’endosser : « Couillard affirme qu’il appuiera Michaëlle Jean à l’OIF » et « Francophonie : Ottawa (Justin Trudeau) réaffirme son appui à Michaëlle Jean » (Le Journal de Montréal, 23 et 24 mai 2018). Et aussi bravo au président de la France, Emmanuel Macron, pour son opposition à cette farce grotesque qui a trop longtemps duré : « Organisation internationale de la Francophonie. La France n’appuiera pas la candidature de Michaëlle Jean » (Le Devoir, 24 mai 2018). S’ils l’aiment tant, qu’ils en fassent donc une candidate de « prestige » au Parti libéral du Québec et du Canada. Assuré que madame Jean s’entendrait bien avec Mélanie Joly (PLC) et Hélène David (PLQ).

Son entrée fracassante comme gouverneure générale

La dame profite – loin de moi l’idée de la traiter carrément de profiteuse – depuis longtemps. C’est « structurel » chez elle et non « conjoncturel ». Tiens, tiens, que vois-je comme titre d’article du Journal de Montréal du 4 novembre 2017? « L’arrivée d’une gouverneure générale à 1.3 million $. L’installation de Michaëlle Jean a couté en 2005 sept fois plus que celle de son successeur ». Juste le dîner d’honneur en 2005 de Michaëlle Jean à Lansdowne Park, à Ottawa, a coûté la bagatelle somme de 700 000 $ et 130 000 $ pour le simple « appui administratif » avant son assermentation. À la fois narcissique et mégalomane. Alors que l’arrivée « triomphale » de Michaëlle Jean à titre de gouverneure du Canada a coûté aux contribuables canadiens 1,382,317 $, David Johnston a dépensé 233 794 $ pour la même chose. Cherchez l’erreur! Madame aime le luxe! Ce n’est pas le genre à vivre dans un demi-sous-sol dans Pointe-Saint-Charles qu’elle partagerait avec un colocataire afin de respecter son budget! En passant, la dame a-t-elle suivi le cours de littératie financière que le Parti libéral du Québec va rendre obligatoire aux étudiants du secondaire dès l’automne prochain?

Ce n’est pas fini. Alors que son mandat tirait à sa fin, madame Jean préparait déjà sa petite cabale afin d’être élue à la tête de l’OIF et, à cet effet, voyageait beaucoup afin de se faire voir à l’étranger par le monde influent. Tout cela sur le bras des payeurs d’impôts et de taxes, bien évidemment : « Une campagne aux frais de l’État ». Michaëlle Jean en tournée mondiale pour décrocher le poste de secrétaire de l’OIF » (La Presse, 20 octobre 2014). Plus ça change, plus c’est pareil. Oui, madame aime voyager, elle qui a fait exploser le budget de voyage de l’OIF de 40 %. Toujours à l’OIF, elle qui n’est pas une adepte de l’égoïne et de la cuillère, s’est fait payer un piano à queue à 20 000 $ aux frais de l’organisme.

Et d’autres folies à l’OIF

Michaëlle Jean aime être logée dans un cadre digne de sa personne. C’est donc pourquoi : « Des rénos à un demi-million $. La Francophonie a aménagé à grands frais l’appartement parisien de sa secrétaire générale Michaëlle Jean » (Le Journal de Montréal, 13 juin 2017). Et puis il y a plus récemment cette petite dépense relevant de l’autorité de madame : « La croisière appuyée par Michaëlle Jean coûtera 1 million, dit la ministre libérale Christine St-Pierre » (Le Journal de Montréal, 22 avril 2018). Qu’à cela ne tienne, le PLQ continue à endosser la duchesse. Les mesures d’austérité du PLQ ne s’appliquent pas à la comtesse. Madame préfère les beaux gros voiliers à la chaloupe ou au pédalo. Un dirigeant de l’OIF a envoyé en 2018 ce courriel au Bureau d’enquête du Journal de Montréal : « Nous n’avons pas d’autres choix que de poursuivre la croisière Hermione jusqu’à sa fin et d’essayer de masquer l’aberration de son montage budgétaire » (Le Journal de Montréal, 12 mai 2018).

Voulez-vous me dire ce que son conjoint, Jean-Daniel Lafond, un ex-gauchiste de salon, vient faire dans le décor et que lui aussi dépense sur notre carte de crédit collective? « Un chauffeur privé pour le mari de Michaëlle Jean. Il n’a aucune fonction officielle avec l’OIF » (Le Journal de Montréal, 15 mars 2018). Ça dépasse tout entendement. Et dire que Couillard et Trudeau s’entêtent à appuyer une telle personne! Je ne sais pas pour vous, mais moi la boucane me sort par les oreilles, tellement que le détecteur de fumée vient de s’activer! Et pour finir : « Un déficit de près de 3.3 millions pour l’OIF. C’est la première fois depuis 2012 que l’OIF dirigée par la Québécoise Michaëlle Jean se retrouve dans le rouge » (Le Journal de Montréal, 12 juin 2018).

Une autre dans le même genre : Lise Thibault

Lise Thibault, ex-lieutenante gouverneure générale du Québec, en est une autre qui vivait grassement aux crochets des citoyens et qui ne regardait pas la dépense même si elle occupait elle aussi une fonction tout à fait futile. La dame faisait même payer ses dépenses personnelles par l’institution gouvernementale : « 654 335 $ de dépenses injustifiées. Une experte-comptable de la SQ témoigne au procès de l’ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault » (La Presse, 27 mai 2014). Comme avec Michaëlle Jean, rions un peu du sens de l’humour de Lise Thibault même si nous devons rire jaune. Pour ce faire, lisez le titre de cet article du Journal de Montréal du 29 juillet 2014 : « Justice. J’ai été honnête toute ma vie. Accusée de fraude et d’abus de confiance, l’ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault sort de son mutisme ». Bah, tant qu’à dire de telles niaiseries, madame Thibault aurait dû se terrer plus longtemps dans son mutisme. Comme le chantaient les Tremeloes dans les années soixante : « Silence is golden ».