/opinion/columnists
Navigation

Les nouveaux fascistes

ART-CALL M�DIA POUR LE SPECTACLE SLAV
Photo Agence QMI, Dario Ayala Spectacle SLAV en répétition au Théâtre du Nouveau Monde

Coup d'oeil sur cet article

Quand la controverse autour du spectacle SLAV a éclaté, mon premier réflexe fut de traiter l’affaire par le rire.

L’ignominieuse lâcheté des dirigeants du Festival de jazz de Montréal nous fait quitter le registre du risible pour entrer dans celui du dangereux.

Cette honteuse capitulation stimulera ceux qui veulent interdire tout ce qui leur déplaît : qui sera le prochain ?

Inepties

Cela ne veut pas dire que l’affaire perd sa dimension grotesque.

Le concept d’« appropriation culturelle » désigne – pour le condamner – le fait pour une personne d’un groupe dominant – lire ici les Blancs – d’emprunter un élément culturel issu d’un groupe dominé – lire ici tous les non-Blancs.

La liste des controverses survenues ne peut être lue sans susciter incrédulité, hilarité, puis inquiétude chez toute personne saine d’esprit : interdiction d’un cours de yoga parce que l’Inde fut jadis une colonie, interdiction pour des Blancs de commercialiser des burritos, critiques aux Blancs qui portent des dreadlocks, etc.

L’« appropriation culturelle », vous l’aurez compris, ne fonctionne qu’à sens unique : aucun problème si les Premières Nations s’approprient ce que les méchants Blancs ont apporté au monde, comme l’écriture ou la science, puisque l’emprunt se fait alors du bas vers le haut.

Curieusement, ces personnes qui pensent que les Blancs doivent rester enfermés dans leur culture de Blancs et que seuls les Noirs peuvent exprimer la culture noire sont les mêmes qui vous diront que l’on peut désormais se définir, à sa guise, homme, femme ou n’importe quoi.

Que ces stupidités fassent de tels ravages en dit long sur l’imposture qu’est devenu l’enseignement des « sciences humaines » dans certains départements universitaires, véritables incubateurs d’un racisme anti-blanc et d’un sexisme anti-homme.

Ces jeunes incultes au cerveau lessivé sont aussi convaincus d’être dans le camp des « antifas », comme ils disent, voyant du fascisme chez quiconque valoriserait, par exemple, ô horreur, une identité nationale.

Mais qu’y avait-il au cœur de l’idéologie fasciste dans l’Allemagne de jadis ?

Les fascistes vomissaient le mélange des cultures et prônaient la pureté des races.

Ils prenaient la rue pour intimider et faire taire ceux qui ne pensaient pas comme eux.

Ils rejetaient la démocratie libérale et les droits qui lui sont habituellement rattachés, comme le droit à la liberté artistique.

Ils voulaient mettre intellectuels et artistes au service de leur idéologie.

Ils rêvaient de produire un homme nouveau, purifié, formaté, idéologiquement parfait.

Eux aussi se disaient du côté des opprimés, auxquels il fallait redonner fierté et grandeur.

Danger

Au début, on a ri d’eux. Après, on ne riait plus.

Que ces jeunes d’aujourd’hui se disent d’extrême gauche n’y change rien.

L’extrême gauche et l’extrême droite, c’est le serpent qui se mord la queue.

Les nouveaux fascistes, nous les avons sous les yeux.