/24m/job-training
Navigation

Engagement bénévole : le manque de temps

Engagement bénévole : le manque de temps
AboutLife - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

C’est connu, faire du bénévolat procure un sentiment de satisfaction et du devoir accompli. Malheureusement, d’après un récent sondage, le manque de temps serait un frein aux activités bénévoles pour 39 % des Québécois.

Commandée par TELUS, cette étude s’est attardée sur le bénévolat en milieu d’affaires, et plus précisément sur l’implication sociale des employeurs. Selon les résultats, le manque de temps serait le premier obstacle, mais si l’employeur les aide dans leurs démarches pour s’engager auprès d’une cause, les personnes sondées seraient prêtes à s’impliquer. D’ailleurs, la majorité des Québécois interrogés seraient prêts à participer à des activités organisées par leur entreprise.

Autre élément qui encouragerait davantage l’engagement : des conditions de travail adaptées. En effet, 77 % des sondés seraient enclins à prendre part à du volontariat si des journées de congé dédiées étaient accordées par l’employeur. Et 75 % des personnes interrogées seraient plus motivées si leur organisation proposait une activité en appui à un organisme caritatif.

Le sondage révèle également que 58 % des Québécois accordent beaucoup d’importance au fait que leur employeur ait des engagements sociaux. Certains ne soumettent d’ailleurs leur candidature qu’à des entreprises qui soutiennent des organismes sans but lucratif et qui appuient des activités de financement.