/sports/soccer/impact
Navigation

Défaite de l'Impact: pas de panique

Ben Sweat, du New York City FC, a gagné sa bataille contre Rod Fanni et Saphir Taïder, de l’Impact.
Photo USA Sports Ben Sweat, du New York City FC, a gagné sa bataille contre Rod Fanni et Saphir Taïder, de l’Impact.

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Ne cherchez pas de grands élans de frustration, il n’y en a pas eu après cette défaite. Les joueurs de l’Impact sont rapidement passés à autre chose.

« Nous sommes déçus, mais on doit se préparer pour le match dans deux jours qui sera à la maison », a avancé Evan Bush.

Le gardien estime que le score et les circonstances font que les joueurs ont passé l’éponge avant même le coup de sifflet final.

« C’était 3 à 0 avec 15 minutes à jouer, peut-être que les gars ont commencé à penser à la préparation du prochain match, c’est peut-être pourquoi tout le monde semble être passé à autre chose.

« Si on avait perdu un match de milieu de semaine à la maison, peut-être que les choses auraient été différentes. »

Retour sur terre

Après une belle série de quatre victoires consécutives, c’est le genre de soirée qui ramène tout le monde à l’ordre.

« On était sur une bonne séquence, mais se faire remettre les pendules à l’heure par une bonne équipe, ça nous ramène les pieds sur terre et nous démontre qu’on doit continuer de travailler malgré les succès qu’on a eus », a soutenu Samuel Piette.

Mais celui-ci ne s’en fait pas outre mesure et estime qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

« Ce n’est pas la fin du monde, il ne faut pas se laisser abattre par ça. On a un gros match samedi et si on gagne, on efface la défaite. »

Case départ

Bush assure que l’équipe ne sombrera pas dans la complaisance malgré les bons résultats du dernier mois.

« On ne veut pas se contenter de ce qu’on a fait au cours du dernier mois parce que si on perd deux ou trois matchs de suite, on est de retour à la case départ.

« Nous ne pouvons pas perdre de points, mais nous devons regarder l’ensemble de la situation. »

Le gardien a rappelé que l’essentiel, c’est-à-dire l’effort, y était malgré la défaite sans appel.

« L’effort y était, on oublie ce match et on se tourne vers samedi. »

 

Sur le même sujet