/news/green
Navigation

Sherbrooke songe à bannir le plastique

Sherbrooke songe à bannir le plastique
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Chaque jour, l’activité humaine produit environ 10 milliards de kilos de déchets dans le monde. Devant cette problématique, la Ville de Sherbrooke souhaite diminuer son empreinte écologique et songe à éliminer le plastique.

Récemment, de grandes chaînes de restauration comme Starbucks, St-Hubert, A&W et Cora ont affirmé vouloir mettre un terme à l’utilisation de pailles de plastique pour les remplacer par un produit biodégradable ou compostable.

Sherbrooke ne fait pas exception. Des restaurants comme L’Empreinte, Le Tapageur, Le King Hall et Louis Luncheonette suivent le mouvement.

«On a décidé d’arrêter tout ce qui est plastique; pailles, bouteilles d’eau et plats take-out», a dit Nathalie Dugré, propriétaire d’un restaurant Cora dans la région.

En entrevue à TVA Nouvelles, le maire de la Ville, Steve Lussier, a confirmé vouloir aller plus loin.

«Pourquoi ne pas implanter cette pensée à la grandeur de Sherbrooke? C’est la question qu’il faut se poser. On est sur le dossier actuellement.»

Pierre Brochu est propriétaire de l’Écolo Boutique à Sherbrooke. Voilà maintenant huit ans qu’il vend de la vaisselle compostable et des pailles plus écologiques.

«La rupture de stock s’en vient, parce que le marché n’était vraiment pas prêt pour cet engouement!» s’est-il réjoui mercredi.