/finance
Navigation

Le soccer, un sport pour les riches?

La gardienne de l’équipe américaine crée la controverse en déclarant que ce sport est destiné «aux enfants de familles blanches et riches»

SOC-FOI-SPO-145370582
Photo AFP Hope Solo.

Coup d'oeil sur cet article

Les commentaires de Hope Solo, prononcés en pleine Coupe du monde, ne sont pas passés inaperçus et en ont fait sourciller plus d’un.

Comment le soccer, qui se veut le sport où l’on semble le plus prôner la diversité et l’égalité des chances, et dont certains des meilleurs talents proviennent de pays parmi les plus pauvres de la planète, est-il soudainement devenu un sport de riches auquel ont avant tout accès les jeunes blancs ?

Après tout, un ballon, une paire de souliers et quelques objets divers permettant d’improviser un filet ne suffisent-ils pas pour jouer au soccer ? À première vue, ça semble moins coûteux que des disciplines exigeant de l’équipement et des installations spécifiques comme le hockey, le ski alpin ou le golf.

Une fois la poussière retombée à la suite des commentaires de Solo, des précisions ont été apportées. Les observations de la gardienne visaient surtout les jeunes joueurs pratiquant le soccer de haut niveau. Selon elle, les frais d’inscription qu’exigent les équipes d’élite aux jeunes athlètes font en sorte que le soccer de haut niveau est devenu de moins en moins accessible pour les jeunes Américains issus des communautés noires et latinos.

Toujours selon Hope Solo, les pièces d’équipement dernier cri, les voyages à l’extérieur de la région afin de participer à des tournois et les coûts engendrés par les équipes notamment pour embaucher les meilleurs entraîneurs font en sorte que les frais d’inscription sont de plus en plus élevés pour les enfants, et par conséquent les parents.

Quand on se compare, on se console

Les études les plus récentes effectuées au sujet des coûts liés à la pratique d’un sport par les enfants donnent en partie raison à Hope Solo.

Des chercheurs de la Utah State University ont déterminé qu’en 2016, une famille américaine pouvait dépenser jusqu’à 5500 $ en une seule année pour qu’un enfant joue au soccer. La moyenne était cependant de 1472 $ annuellement.

Par contre, il y a pire. Aux États-Unis, les parents d’enfants inscrits à la crosse, au hockey, au baseball/softball ou encore au football se retrouvent avec une facture plus salée, tandis que le basketball s’avère moins dispendieux que le soccer.

Chez nous, les résultats d’un sondage de la firme Ipsos datant d’un peu moins d’un an placent le hockey en tête des activités les plus coûteuses pour les enfants canadiens, suivi des cours de langue, des leçons de danse, de la crosse, de la gymnastique, des arts martiaux et du ski. Une famille sur dix s’attendait à dépenser plus de 2000 $ à cet effet en 2017.

En ce qui concerne l’activité à la fois la plus populaire et la plus économe, il s’agit de la natation. Mais encore là, lorsque les jeunes athlètes pratiquent le sport à un niveau plus compétitif, les coûts montent en flèche, poussant plusieurs familles à emprunter afin de couvrir ces mêmes coûts.

Bref, le sport demeure accessible pour la grande majorité des enfants, sauf que pour évoluer au sein des meilleures équipes et prendre part aux compétitions les plus prestigieuses, les parents doivent avoir les reins suffisamment solides sur le plan financier.

Coût annuel par sport

La facture annuelle peut être assez élevée, mais il y a pire pour les familles américaines.

Sport Dépenses (moyenne) Dépenses (maximum)
Crosse 7956 $ 17 500 $
Hockey 7013 $ 19 000 $
Baseball/Sofit 4044 $ 9 900 $
Football 2739 $ 9 500 $
Soccer 1472 $ 5 500 $
Basketball 1143 $ 5 150 $

Source : Utah State University

Le chiffre de la semaine: 15,3 milliards $

SOC-FOI-SPO-145370582
Photo courtoisie

Preuve que le sport peut être fort dispendieux pour les parents d’enfants en exerçant un de façon compétitive, le sport pour les jeunes représente une industrie de 15,3 milliards de dollars annuellement aux États-Unis. On estime que ce montant a presque doublé au cours de la dernière décennie. Au Canada, cette industrie est évaluée à environ 6 milliards $.