/misc
Navigation

Au printemps 2017, les débordements des cours d’eau causent des inondations sans précédent partout au Québec. De la Gaspésie à Gatineau, des milliers de Québécois sont touchés dans plus de 170 villes.

Maisons inhabitables, pertes matérielles majeures, manque de nourriture et de produits d’hygiène : les sinistrés font face à de lourdes épreuves.

Plusieurs municipalités déclarent l’état d’urgence et l’armée est même appelée en renfort.

Coup d’œil sur ce grand débordement qui passera à l’histoire.

EN CHIFFRES
171
Nombre de villes et de municipalités touchées par les inondations
2 733
Nombre de résidences inondées dans l'ensemble du Québec
ÉVACUATIONS
1 940
Nombre de personnes évacuées de leur résidence
486
Nombre de routes inondées

LA CHRONOLOGIE EN IMAGES
7 avril 2017 - Rive-Nord de Montréal
Photo MATHIEU WAGNER/AGENCE QMI
Mais pourquoi le Québec est-il inondé? De nombreux facteurs l’expliquent. Les importantes chutes de pluie du mois d’avril, la fonte de la neige et le printemps humide auront été des symptômes déterminants. Sur la photo: on aperçoit les dégâts dans les rues de Rosemère, sur la Rive-Nord de Montréal.
8 avril 2017- Sainte-Thérèse
PHOTO MAXIME LANDRY/TVA NOUVELLES/AGENCE QMI
Dès le début d’avril, les autorités annoncent que plusieurs rivières sont sous haute surveillance en raison des fortes accumulations de pluie. Sur cette photo, un débordement de la rivière aux Chiens, à Sainte-Thérèse, force l'évacuation de dizaines de maisons.
16 avril 2017 - Beauce
PHOTO MAXIME LANDRY/TVA NOUVELLES/AGENCE QMI
Après une brève accalmie, qui aura entraîné une baisse du niveau et du débit de certaines rivières, plusieurs bassins versants sont en hausse ou peinent à se stabiliser. Ici, la rivière Chaudière inonde la Beauce à la mi-avril.
17 avril 2017 - Prévost
Photo MARTIN ALARIE/JOURNAL DE MTL
Le 17 avril, des dizaines de résidences de Laval, des Laurentides, de Lanaudière et de l’Outaouais prennent l’eau et le pire est à venir alors que l’on prévoit encore des précipitations.
17 avril 2017 - Mirabel
Photo PASCAL GIRARD/AGENCE QMI
Selon Environnement Canada, la quantité des précipitations tombées entre janvier et la mi-avril est la plus importante depuis 145 ans.
22 avril 2017 - Rigaud
Photo JOEL LEMAY/AGENCE QMI
Le 22 avril, plusieurs centaines de résidences sont touchées lorsque les rivières Gatineau et des Outaouais sortent de leur lit. La Ville de Rigaud, en Montérégie, déclare l’état d’urgence. Sur cette photo, deux résidents utilisent une chaloupe pour transporter du matériel à leur domicile près du chemin de la Baie Quesnel, à Rigaud.
22 avril 2017 - Île Bizard
Photo JOEL LEMAY/AGENCE QMI
Le 6 mai, les autorités montréalaises exhortent les derniers résidents de l'île Mercier encore sur place de quitter leur habitation. L’île Bizard est également inondée. Sur cette photo, Stéphanie Kulisz évacue sa fille Olivia (2ans).
Fin Avril - Sainte-Anne-de-la-Pérade
Photo capture d’écran TVA
Fin avril, les inondations continuent de faire des dégâts également en Mauricie. C'est le cas notamment à Sainte-Anne-de-la-Pérade, en bordure du fleuve Saint-Laurent. La situation est préoccupante et la municipalité rend accessible près de 1400 sacs de sable pour ses résidents.
5 mai 2017 - Rigaud
Photo JOEL LEMAY/AGENCE QMI
Au même moment, les autorités forcent l’évacuation des gens en situation de danger. C’est le cas notamment à Gatineau et à Rigaud. Beaucoup de citoyens refusent de laisser leurs biens sans surveillance. Sur cette photo: Luc Forgues aide les résidents en transportant des sacs de sable à Rigaud.
5 mai 2017 - Sainte-Anne-de-Bellevue
PHOTO MAXIME DELAND/AGENCE QMI
Au début du mois de mai, Environnement Canada publie une alerte météo donnant peu d’espoir aux riverains. Les précipitations se poursuivent dans plusieurs régions, pouvant même atteindre jusqu’à 100 millimètres.

Le chef de la CAQ, François Legault, est de passage dans son patelin de Saint-Anne-de-Bellevue pour tenter de remonter le moral aux gens épuisés par les inondations qui touchent l’ouest de l’île de Montréal.

5 mai 2017 - Ouest de Montréal
Photo MAXIME DELAND/AGENCE QMI
Pour la première fois depuis près de 20 ans, Montréal décrète le 7 mai l’état d’urgence en raison des inondations qui affectent les arrondissements de L’île-Bizard-Sainte-Geneviève et Pierrefonds-Roxboro. Des riverains d'Ahuntsic-Cartierville gonflent le nombre de sinistrés. Sur la photo, le maire Coderre constate l’ampleur des dégâts.
6 mai 2017 - Saint-Gabriel-de-Valcartier
PHOTO GUY MARTEL/AGENCE QMI
Le 5 mai, le ministre Coiteux demande l’aide de l’armée. Plus de 400 militaires sont déployés. Sur la photo, des soldats de la base militaire de Valcartier commencent à se déployer pour assister les sinistrés des inondations, d’abord ici à Saint-Gabriel-de-Valcartier.
6 MAI 2017, GATINEAU
PHOTO MARC DESROSIERS/AGENCE QMI
Des sinistrés de Gatineau affirment avoir été victimes de vol sur leur propriété pendant leur absence. Ces sinistrés rapportent le vol d’embarcations, notamment.
8 mai 2017 - Saint-Anne-des-Monts
PHOTO OLIVIER THERRIAULT
Malgré l’ampleur de la crise, les inondations ont heureusement causé surtout des dégâts matériels. Hélas, quelques incidents isolés et tragiques sont venus assombrir ce bilan. Un homme de 37 ans et un bambin de deux ans ont sombré le 30 avril dans la rivière Sainte-Anne, en Gaspésie. La voiture dans laquelle ils prenaient place s’est enlisée en raison du niveau élevé de la rivière. La mère de la fillette se trouvait aussi à bord et est parvenue à s’extirper à temps du véhicule. Le corps de l’homme a été retrouvé mais celui de l’enfant manque toujours à l’appel. Sur la photo, Stéphane Girard (cousin de la victime) et Jacques Gagnon (le père de Mike, la victime), près de la scène où les policiers poursuivent actuellement les recherches.
8 mai 2017 - Gatineau
Photo MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI
Un bénévole a pour sa part été grièvement blessé le 8 mai à la suite d’une décharge électrique à Gatineau. Un fil qui trainait sur la chaussée inondée semble expliquer l’affaire.
8 mai 2017 - Île Bizard, Montréal
Photo MAXIME DELAND/AGENCE QMI
Plus de 35 000 réclamations ont déjà été déposées auprès des assureurs. D’autres devraient s’ajouter car ces chiffres ne tiennent pas compte de voitures inondées ou d’assurance entreprises. Malheureusement, comme l’inondation causée par la crue des eaux n’est pas assurable, sauf chez certains assureurs selon des critères précis, on peut présumer que la très grande majorité des sinistrés actuels ne sont pas assurés pour leur habitation.
10 mai 2017 - Île Bizard, Montréal
Photo JOEL LEMAY/AGENCE QMI
À partir de la mi-mai, le niveau de l'eau descend tranquillement suite à la crue printanière «historique» qui aura causé d'énormes inondations sur une grande partie du territoire québécois. Le travail commence pour plusieurs sinistrés.

Sur cette photo: Steve Lapierre constate les dégâts de son sous-sol inondé de sa maison de l’île Bizard.

Au coeur d'une opération militaire

Avec cette vidéo 360, promenez-vous au coeur du déploiement du 22e régiment des Forces armées canadiennes, le 9 mai, à Saint-André-d’Argenteuil en compagnie de l’Adjudant Philippe Dessureault et du Major Hottin.

Au cœur d'une opération des Forces lors des inondations

Déploiement du 22e régiment à Saint-André-d'Argenteuil en compagnie du Major Hottin. Opération conjointe entre les ingénieurs de combat de l'armée de terre et la Marine afin de sécuriser deux traversiers dans la nuit. .

Posted by Le Journal de Montréal on Monday, May 15, 2017

Les samaritains d'Hudson

«C’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis». Le proverbe de Cicéron était particulièrement de circonstance en ce froid 8 mai, à Hudson, où des dizaines de concitoyens et de samaritains venus d’ailleurs se sont réunis pour venir en aide à Jan Van Kesser, dont la propriété menaçait d’être détruite par les eaux de la Rivière des Outaouais. Geneviève Pettersen était avec eux.

LES PREMIERS TÉMOINS

Symptôme de notre époque, les réseaux sociaux se trouvent en première ligne pour témoigner des dégâts causés par les inondations. Malgré la gravité de la situation, des images parfois cocasses ont contribué à dédramatiser la crise ou à la présenter d’une manière différente. En voici quelques-unes.

Inondation Quebec 2017! #inondation #2017 #quebec #inondationquebec2017

Une publication partagée par Clubsurvie (@clubsurvie) le

#inondation #supportauxamis #couillardtesou? #papaoutes

Une publication partagée par Pierre brassard (@pierre_brassard) le

Photo de Stephen Wilson Wow incroyable dame nature #inondation #Rigaud #2017 #flood

Une publication partagée par Qc-Larry {°_°} (@yannick__l21) le

État d'urgence

Saint-André-Avellin, dans la vallée de La Petite-Nation, en Outaouais, est la première municipalité à déclarer l’état d’urgence, le 20 avril. Un résident de l’endroit nous fait découvrir sa réalité les deux pieds dans l’eau.
Inondations

Plusieurs municipalités ont décrété l’état d’urgence en raison des inondations qui sévissent en bordure de plusieurs cours d’eau, notamment en Outaouais. Saint-André-Avellin, dans la vallée de La Petite-Nation, fait partie du lot. Frédéric Beaulieu, un résident de l’endroit, nous fait vivre sa réalité.

Posted by Le Journal de Montréal on Friday, April 21, 2017

Un débordement qui laissera des traces

Au moment d’envoyer ces lignes, les rivières retournent tranquillement dans leurs lits et les sinistrés semblent enfin voir le bout du tunnel. Ils ne sont hélas pas au bout de leurs peines, puisque le travail de nettoyage s’amorce aux quatre coins de la province. Même si la situation finira par rentrer dans l’ordre et même si le gouvernement a bonifié les indemnisations pour aider les victimes, les inondations 2017 auront d’abord marqué les esprits, en plus de laisser une trace indélébile dans l’histoire.

- Avec la collaboration de Philippe Melbourne Dufour