Actualité | Faits divers et judiciaire

Justice

Enfant de 18 mois brûlé: une mère avoue ses torts


Jean-Philippe Arcand

Publié le:

Enfant de 18 mois brûlé: une mère avoue ses torts
Une femme âgée de 24 ans qui a martyrisé son fils de 18 mois en le brûlant sur un rond de poêle avant de le laisser seul a plaidé coupable à des accusations d'abandon d'enfant et de négligence criminelle, mercredi, au palais de justice de Montréal.

C'est en pleurant à chaudes larmes que l'accusée, qu'on ne pas peut identifier, a reconnu sa culpabilité devant la juge Louise Villemure, de la Cour du Québec.

Les faits remontent au 8 août 2006. Vers 18 h 30, un voisin s'est inquiété d'entendre les cris et pleurs répétés d'un jeune enfant provenant de l'édifice à logements situé sur la rue Lajeunesse où demeurait alors l'accusée, qui n'avait que 20 ans à l'époque.

En entrant dans l'immeuble, l'homme a découvert le bambin seul à l'extérieur, derrière le bâtiment. Il était très sale et couvert de blessures. Sa couche semblait être pleine depuis une journée entière. En voyant le bon samaritain arriver, l'enfant lui a sauté dans les bras. Il semble que celui-ci ait descendu lui-même les quatre étages qui séparaient son logement du rez-de-chaussée en empruntant un escalier de secours.

Une intervenante de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) avait plus tard trouvé la jeune mère en train de dormir sur son divan.

L'enfant a été transporté à l'hôpital Sainte-Justine, où il a été traité pendant une semaine.

«Son hygiène est dans un état lamentable, à tel point qu'il faut lui donner un bain et le changer. Pour vous donner une idée, on reçoit 80 000 visites chaque année à l'urgence de l'hôpital et on doit faire ça moins d'une fois par année», a indiqué le docteur Gilles Fortin, pédiatre spécialisé dans les cas de maltraitance d'enfants.

Témoignant devant le tribunal, le docteur Fortin a détaillé la nature et l'étendue des blessures relevées un peu partout sur le corps du garçon. En plus de nombreuses plaies «surinfectées», l'enfant souffrait de plusieurs brûlures au deuxième degré, notamment au genou, aux mains et à l'abdomen. Selon l'expert, elles ont vraisemblablement été causées par un rond de poêle.

«C'est extrêmement douloureux. Il est impensable qu'un bébé de 18 mois puisse se blesser à ce point sans que quelqu'un ne soit alerté par ses cris», a-t-il déploré, ajoutant que le petit avait même dû recevoir de la morphine pour qu'on puisse traiter les brûlures en question.

«Il est difficile d'imaginer comment il aurait pu s'infliger ces blessures par lui-même, a poursuivi le docteur Fortin. [.] Il est peu probable qu'un enfant qui s'est brûlé sur une cuisinière recommence la semaine suivante.»

La prison réclamée

Questionnée au sortir de la salle d'audience, la procureure de la Couronne, Josée Fontaine, a affirmé qu'elle demanderait une peine de prison ferme pour la jeune mère.

Pour sa part, l'avocat de l'accusée, Julien Archambault, a fait valoir que sa cliente était victime d'abus physiques et souffrait de problèmes de consommation de drogue au moment de l'événement. Le père de l'enfant est absent du portrait.

Me Archambault a d'autre part souligné que l'accusée a désormais la garde de trois autres enfants et vit avec un nouveau conjoint.

Les représentations sur la peine auront lieu le 15 mars 2011. La défense a demandé la préparation d'un rapport présentenciel d'ici cette date.