Actualité | Faits divers et judiciaire

Contravention

Le maire qui donne des tickets

Mathieu Turbide

Mathieu Turbide

Journal de Montréal, Publié le:

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, ex-policier, ne lésine pas avec le décorum.

©George Kalogerakis

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, ex-policier, ne lésine pas avec le décorum.

Excédé par un citoyen qui l'a traité «d'arrogant», le maire de Chambly lui a imposé une amende de 100 $ pour avoir été impoli, en vertu d'un tout nouveau règlement plutôt inusité adopté l'automne dernier.

Le maire Denis Lavoie -qui est avocat et exenquêteur de la SQ -devra toutefois défendre sa décision la semaine prochaine devant les tribunaux. Le citoyen contrevenant, Stéphane Houle, a plaidé non coupable et entend contester jusqu'au bout ce constat d'infraction. La cause sera entendue mercredi prochain.

«Je trouve ça triste, mais c'est pas vrai que je vais laisser le conseil de ville devenir la scène d'attaques verbales des uns envers les autres», a expliqué le maire Lavoie, en entrevue au Journal.

«C'est vrai que je mets la barre très haute en ce qui concerne le respect des règles. Mais je ne peux pas laisser des gens proférer des propos inacceptables envers les membres du conseil, pas plus que je ne laisserai des membres du conseil attaquer verbalement des citoyens. Ça va dans les deux sens», précise-t-il.

Un règlement plutôt rare

Si le maire de Chambly a ce pouvoir d'émettre des constats d'infraction, c'est que le conseil municipal a voté à l'unanimité, en septembre dernier, un règlement de régie interne l'autorisant à sévir pour assurer le maintien du bon ordre pendant les séances.

En cas d'infraction au règlement, les citoyens et les élus peuvent s'exposer à une amende mini-male de 100 $ pour une première infraction, de 200 $ pour une récidive, l'amende ne pouvant pas dépasser 500 $.

«Dans d'autres villes, fait remarquer le maire Lavoie, on demande l'intervention des services policiers et on fait expulser les citoyens. C'est leur façon de faire. Moi, je pense que les policiers ont d'autres choses à faire.»

Controverse sur un aréna

Toute cette histoire remonte au mois de décembre dernier, alors que faisait rage une controverse à l'Hôtel de Ville sur un projet privé de construction d'aréna.

L'ex-président de l'association de hockey mineur, Stéphane Houle, avait demandé des comptes au maire Lavoie sur ce nouvel aréna.

«Si vous ne voulez pas que je réponde à votre question et que vous voulez seulement parler, on va vous écouter. Si vous continuez à parler en même temps que moi, je vais faire appliquer la réglementation et vous donner un 100 $ d'amende», avait indiqué le maire.

En fait, le citoyen devrait payer 100 $ en plus des frais de 44 $ en vertu de l'avis d'infraction qui lui a été signifié le 22 décembre 2010.

Le Journal n'a pas pu joindre le citoyen Stéphane Houle. Son avocat Daniel Saint-Pierre n'a pas retourné notre appel, hier.