Actualité | Santé

Négociations

Médecins résidents en colère

Éric Yvan Lemay

Éric Yvan Lemay @

Journal de Montréal, Publié le:

Dr Charles Dussault,
président.

© Agence QMI

Dr Charles Dussault, président.

Les médecins résidents dénoncent l'attitude du gouvernement, qu'ils accusent de ne pas négocier sérieusement.

Visiblement irrités par la lenteur des pourparlers, ils ont décidé de dénoncer la situation sur la place publique. «En ce moment, à la lumière de ce qui s'est passé dans nos assemblées générales, les résidents sont déçus et insultés», dit le président de la Fédération des médecins résidents du Québec, Dr Charles Dussault.

Il indique que la Fédération a déposé son cahier de charges il y a un an et que le gouvernement ne leur est revenu qu'avec une proposition sur un seul des points, soit la durée de la période de garde à seize heures consécutives.

Rattrapage salarial

Or, les résidents veulent aussi avoir un rattrapage salarial important. Selon leurs calculs, l'écart qui les sépare des collègues des autres provinces est de 25,6 %.

Selon lui, cela peut nuire au recrutement de futurs médecins qui souhaiteraient compléter leur formation ici. À l'inverse, de plus en plus de résidents désertent pour pratiquer ailleurs au pays.

Conscient de la capacité de l'État de payer, il croit aussi qu'on doit traiter ses membres avec plus de respect. «C'est de plus en plus ardu, on a de plus en plus l'impression qu'ils cherchent la confrontation», soutient-il, à propos de l'attitude du gouvernement.

Des moyens de pression ?

Le Dr Dussault ne ferme la porte à aucune alternative. «On a toujours espoir de négocier, mais si rien ne débloque, il va y avoir des moyens de pression», prévient-il.


* La FMRQ représente quelque 3 000 médecins résidents de l'Université de Montréal, McGill, Laval et Sherbrooke.