/weekend/movies
Navigation

10 films qui pourraient se rendre aux oscars

Pour des raisons stratégiques, les grands studios hollywoodiens aiment garder leurs plus solides candidats aux Oscars pour les mois de novem­bre et décembre, provoquant ainsi une congestion de sorties importantes à la fin de l’année. Avec des nouveaux films de Quentin Tarantino, David O. Russell, Todd Haynes et Alejandro Gonzalez Iñárritu prévus d’ici Noël, cette fin d’année a tout ce qu’il faut pour satisfaire les cinéphiles les plus gourmands. Voici 10 films à surveiller de près:

Ce drame de Thomas McCarthy, une de nos plus belles découvertes du dernier Festival de Toronto, relate l’enquête journalistique du Boston Globe qui a révélé, au début des années 2000, que près d’une centaine de prêtres de la région de Boston avaient abusé sexuellement d’enfants tout en étant protégés par l’autorité catho­lique. Conçu avec rigueur et un grand souci du détail, Spotlight: édition spéciale rappelle le classique Les hommes du président dans sa façon de décrire avec réalisme et sans sensationnalisme le travail d’enquête journalistique.

L’actrice Rooney Mara a obtenu le prix d’interprétation féminine au dernier ­Festival de Cannes pour sa performance dans ce sublime mélodrame du cinéaste Todd Haynes (I’m Not There, Far From Heaven) qui relate l’amour impossible entre deux femmes, à New York, dans les années 1950. Mara n’a certainement pas volé son prix à Cannes, mais le travail de l’excellente Cate Blanchett à ses côtés aurait tout autant mérité d’être récompensé. Se reprendra-t-elle aux Oscars?

Abonné aux Oscars, où son film Le discours du roi avait triomphé il y a quelques années, le cinéaste britannique Tom Hooper (Les ­misérables) sera-t-il du grand rendez-vous en 2016? Chose certaine, son nouveau film The Danish Girl a tous les ingrédients pour ­s’illustrer dans la saison des remises de prix. L’acteur Eddie Redmayne s’y transforme ­physiquement pour incarner l’artiste danoise Lili Elbe, qui fut officiellement la première personne de l’histoire à subir un changement de sexe par opération chirurgicale, dans les années 1930.

Ce thriller de Brian Helgeland (le ­scénariste de Mystic River) relate le ­parcours des jumeaux gangsters Ronald et Reginald Kray, qui ont sévi en ­Angleterre dans les années 1950 et 1960. Selon la légende, un des deux frères était ­perçu comme un bandit gentleman, alors que l’autre agissait plutôt comme un dangereux psychopathe. Fait ­intéressant: les deux rôles sont joués par l’excellent Tom Hardy, qui tenait le rôle-titre du dernier film Mad Max.

Misant sur une impressionnante distribution composée notamment de Christian Bale, Brad Pitt, Ryan Gosling et Steve Carell, ce film tiré du livre écrit par Michael Lewis (l’auteur de Moneyball) raconte l’histoire de quatre investisseurs de Wall Street qui ont tenté de profiter de la crise ­financière de 2007 pour se remplir les poches.

Tourné en partie à Montréal, ce drame historique qui vient de remporter le Grand Prix au Festival du cinéma ­international en Abitibi-Témiscamingue s’impose de plus en plus comme un film qui pourrait s’illustrer aux Oscars. Mettant en vedette l’actrice Saoirse Ronan (Les âmes vagabondes, Atonement), Brooklyn raconte les tribulations d’une jeune femme irlandaise qui immigre dans le quartier new-yorkais de Brooklyn, dans les années 1950. Mentionnons que le film a été coproduit par la boîte montréalaise Item 7 (Rebelle, Café de Flore).

Le réalisateur d’Arnaque américaine et de la comédie Le bon côté des choses David O. Russell retrouve les acteurs Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Robert de Niro dans ce film inspiré d’une histoire vraie qui relate le parcours de Joy Mangano, une mère célibataire de trois enfants qui a fait fortune dans les années 1990 en inventant une serpillière magique ­(Miracle Mop). Les rôles de Jennifer Lawrence dans Arnaque américaine et Le bon côté des choses lui avaient valu des nominations aux Oscars. Jamais deux sans trois?

Beaucoup de mystère entoure ce nouveau film du réputé cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Iñárritu (Babel, Birdman) qui s’inspire d’un roman de Michael Punke se déroulant dans le Grand Nord américain au début du 19e siècle. Décrit comme un western, Le revenant met en vedette Leonardo ­DiCaprio dans le rôle d’un trappeur qui cherche à se venger après avoir été ­trahi par ses compères.

Will Smith rêve de gagner un Oscar depuis longtemps. A-t-il enfin trouvé le rôle qui lui permet d’aspirer à cet honneur? Dans Commotion, film-choc qui a déjà commencé à ébranler le milieu sportif américain, l’acteur se glisse dans la peau du médecin nigérien Bennet Omalu, qui fut le premier à identifier et révéler le lien entre les commotions ­cérébrales subies à répétition par les joueurs de football et l’encéphalopathie traumatique chronique (un trouble cérébral qui entraîne des effets proches de la maladie d’Alzheimer). Un film qui fera du bruit, sans ­aucun doute.

Après Django déchaîné, le cinéaste Quentin Tarantino (Pulp Fiction, ­Reservoir Dogs) se lance dans un nouveau western et retrouve certains des acteurs qu’il a déjà dirigés dans ses films précédents, dont Kurt ­Russell, Samuel L. Jackson, Tim Roth et Michael Madsen. Campé dans le fin fond du Wyoming après la guerre de Sécession, Les 8 enragés met en ­scène huit voyageurs louches qui se réfugient dans un relais de diligence pendant un blizzard.