/entertainment/comedy
Navigation

15 ans du «Groulx Luxe»: le «party» n’a pas levé

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La panne qui a paralysé Facebook et Instagram mercredi a-t-elle porté ombrage au 15e anniversaire du «Groulx Luxe», qu’on célébrait à L’Olympia avec un «visionnement-marathon» de 24 heures dans le cadre du Grand Montréal Comique? 

Il n’y avait pas foule dans la salle de la rue Sainte-Catherine Est lors du passage de l’Agence QMI, mercredi, en début de soirée. Aux dires du personnel de L’Olympia, une centaine de personnes étaient allées et venues tout l’après-midi à l’intérieur pour capter des extraits d’épisodes du «Groulx Luxe», qui étaient projetés en boucle depuis midi, et devaient l’être jusqu’à midi le lendemain. L’accès était gratuit. À quelques reprises, Patrick Groulx était descendu parmi les tables pour fraterniser avec les adeptes de la première heure. 

Peu après 20 h, lorsque le noyau dur de «personnages» du «Groulx Luxe», soit Patrick Groulx, sa sœur Sylvie Anne, le recherchiste Jean Fournier et le réalisateur Rafaël Ouellet, ont pris place sur scène pour l’enregistrement et la diffusion en direct – sur les plateformes virtuelles – d’un balado consacré au «Groulx Luxe», une cinquantaine de spectateurs remplissaient le parterre du «quartier général» du Grand Montréal Comique. 

On a rapidement replongé dans l’époque du «Groulx Luxe», avec des références claires aux folies jadis tentées par Groulx et ses acolytes. On a parlé des populaires «rassemblements de câlins», on a distribué de la «slush» au public, on a fourni aux gens du papier bulle qu’ils pouvaient faire éclater à leur guise et on a révélé que c’était Jean Fournier qui se cachait sous le costume de l’extraterrestre en g-string. Les initiés comprendront. 

Plus tard, des invités ayant grandi avec «Le Groulx Luxe», comme Jay Du Temple et Sam Breton, se sont joints à la conversation, et Katherine Levac et Mathieu Pepper devaient faire de même avant 23 h. Le «podcast» peut encore être écouté sur les pages Facebook du Grand Montréal Comique et de Patrick Groulx. 

«N’importe quoi» 

Patrick Groulx, qui comptait utiliser les réseaux sociaux à fond de train pour promouvoir son rassemblement, ne s’est toutefois pas laissé décourager par le peu d’affluence à son «party» d’anniversaire. L’humoriste a compris, en arrivant à L’Olympia – où la connexion internet était déficiente – que le toit de l’établissement ne lèverait peut-être pas dans les heures suivantes, compte tenu des circonstances. 

«Il y avait dix personnes à la porte, a-t-il raconté, en entrevue. On est bien conscients que c’est un mercredi, jour de semaine et que les gens travaillent, mais on a eu beaucoup de commentaires de gens en région qui auraient voulu participer. C’est pour ça qu’on a décidé de faire un "podcast live".» 

Si certains juraient qu’ils allaient participer au rendez-vous jusqu’à la fin, on n’a identifié aucun sac de couchage ou oreiller sur les lieux. Le bar de L’Olympia était ouvert pour ceux qui avaient besoin de se désaltérer. 

Alors que Patrick Groulx prévoyait rester jusqu’au lendemain en entrecoupant l’activité d’une sieste de 2 h à 4 h du matin, dans une loge, Rafaël Ouellet, lui, n’y était que le temps d’une saucette rapide, actuellement en plein tournage de la cinquième saison de «Ruptures». 

La formule de la réunion de 24 heures étant un peu ambitieuse. Pourquoi ne pas avoir simplement misé sur un spectacle «normal» de deux heures pour ce coup de chapeau au «Groulx Luxe»?, avons-nous demandé aux organisateurs. 

«C’est comme le "Groulx Luxe": c’est "n’importe quoi"!» a répliqué Rafaël Ouellet en souriant. 

Inconditionnels 

Or, si l’assistance n’était pas compacte, les admirateurs qui s’étaient déplacés pour prendre part à la fête, eux, étaient de véritables inconditionnels du «Groulx Luxe» et de son instigateur. 

C’était le cas de Sébastien Girard, 23 ans, et sa sœur Amélie, 19 ans, de La Plaine. Ceux-ci étaient postés devant L’Olympia une heure avant l’ouverture des portes, mercredi, et se promettaient bien de traverser la nuit sur place. 

«On a apporté des grignotines pour passer le temps et essayer de survivre 24 heures», a expliqué le garçon, qui a découvert les DVD du «Groulx Luxe» lorsqu’il avait 12 ans, et qui a fait découvrir le concept à sa cadette par la suite. 

«On écoute ça au moins une fois par année. C’est un "must" pour nous. Dès que j’ai vu qu’on célébrait les 15 ans du "Groulx Luxe" dans la programmation du Grand Montréal Comique, je me suis dit qu’il fallait vraiment que j’aille voir ça. Moi et ma sœur, on se lance parfois des défis comme le faisaient Patrick et sa sœur Sylvie Anne dans l’émission», a indiqué Sébastien. 

Pour leur part, Sylvie Castonguay-Cheff, 52 ans, Caroline Nault, 26 ans, et Annabelle Lafrance, 34 ans, n’avaient aucun souvenir particulier du «Groulx Luxe» à se remémorer, mais les trois femmes adorent Patrick Groulx au point d’être parties de Gatineau pour assister à son événement spécial. Une décision prise sur un coup de tête, à 23 h la veille. Elles ne comptaient toutefois pas nécessairement demeurer jusqu’au lendemain, laissant leur fatigue décider de leur horaire.