/homepage
Navigation
Montréal

Une Semaine de la mode sans maigreur pour Claudia Barilà

«Il faut que les parents, les agences, les couturiers restent constamment vigilants quant au danger de la maigreur chez les mannequins»,
assure Claudia Barilà (à droite). Nous la retrouvons ici dans son atelier, en compagnie de Sabrina Barilà, sa...
© Agence QMI «Il faut que les parents, les agences, les couturiers restent constamment vigilants quant au danger de la maigreur chez les mannequins», assure Claudia Barilà (à droite). Nous la retrouvons ici dans son atelier, en compagnie de Sabrina Barilà, sa soeur et partenaire d'affaires.

Coup d'oeil sur cet article

«Un grand couturier m'a déjà traité de vache parce que j'avais des seins. Je suis donc très fière du combat contre la maigreur extrême qui commence à donner des résultats chez les mannequins», confie Claudia Barilà, une des vedettes de la Semaine de la mode qui se déroule à Montréal.

Aujourd'hui à la tête d'une griffe de vêtements qui porte son nom et qui a pignon sur rue à Montréal, Claudia Barilà, ex-mannequin et conjointe de Guy Laliberté, souhaite que les jeunes filles qui optent pour cette carrière restent saines et équilibrées.

C'est pourquoi elle veut une Semaine de la mode à Montréal sans le régime maigreur à l'extrême. Elle a vu récemment plusieurs mannequins défiler tant à New York, qu'à Paris. Or, elle constate que la maigreur a encore la cote sur les podiums.

«Les mannequins sont très jeunes. Pour mon défilé j'ai fait du casting et elles ont entre 17 et 19 ans. Elles sont minces certes, grandes, mais le problème de la maigreur est plus présent en Europe qu'en Amérique. On dirait que les filles veulent disparaître. C'est très dur pour l'estime de soi ce métier. Je conseille aux parents d'être très près de leurs jeunes filles au tout début de leur carrière pour éviter cette descente», confie en entrevue Claudia Barilà, une femme accomplie aujourd'hui et âgée de 35 ans.

Une histoire de famille

Sa compagnie Barilà créée il y a trois ans commence à faire de grands pas. Claudia souhaite présenter ses vêtements dans un défilé à New York l'an prochain.

Ambitieuse, elle cible le marché mondial. C'est pourquoi elle travaille avec soin pour que sa signature retienne l'attention sur les podiums. Claudia travaille avec ses trois soeurs: «Julia la spirituelle, Sabrina la designer excentrique et moi la rockeuse. Nous faisons un trio hors pair», lance-t-elle fièrement.

Trois filles qui travaillent sous l'inspiration de leur mère, une Italienne, qui fut couturière à la manufacture.

«Ma mère nous disait, toutes petites, pas nécessaire qu'un vêtement soit cher pour qu'il soit beau. Il faut juste bien le porter. C'est pourquoi nous voulons que notre collection demeure toujours accessible et fashion», précise Claudia.

Quoique la crise économique ait rappelé à l'ordre tous les couturiers du monde, l'humilité est au rendez-vous.

«Même les plus grands couturiers ont dû baisser leurs prix pour faire face à cette crise. Donc, il nous faut être encore plus créatifs. C'est pourquoi le développement de notre faux cuir Barilà est un bon coup pour nous dans le contexte actuel», précise-t-elle.

Enfin, quant au milieu de la mode à Montréal, Claudia Barilà souligne que chaque petit pas compte.

«Il y a encore beaucoup de chemin à faire en comparaison avec les grandes villes comme New York, Paris, Milan, Los Angeles et même Toronto, mais nous sommes sur la bonne voie», conclut Claudia Barilà.

* Les Vêtements Barila versent une partie de leurs revenus à la Fondation One drop, dédiée à la cause de l'accessibilité à l'eau potable pour tous.

* Le défilé de la collection automnehiver 2010 Barilà aura lieu ce soir, au Marché Bonsecour, à 21 heures.

* Cette année, des billets de dernière minute sont disponibles pour le grand public. Visitez le www.lavitrine.comou présentez-vous au Marché Bonsecours (350, rue Saint-Paul Est)entre 16 h et 20 h pour savoir s'il reste des sièges pour les passerelles de la soirée (25 $ par personne).

Commentaires