/homepage
Navigation
Justice et faits divers

Voies de fait graves sur un bébé de trois mois

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC - Un jeune père de famille de 22 ans de Québec, qui a reconnu avoir fracturé le bras et cinq côtes à sa petite fille âgée de moins de trois mois en septembre 2008, écope une peine de six mois d'emprisonnement.

Pourtant, a admis le juge Christian Boulet, toute la jurisprudence pour des accusations du genre prévoit habituellement des peines plus sévères. Mais le profil de l'accusé qui n'a rien d'un criminel d'habitude, le fait qu'il ait été en dépression sévère et sous médication au moment des faits, qu'il se soit sérieusement pris en charge depuis l'événement, qu'il s'agisse d'un geste isolé et que le risque de récidive soit quasi inexistant en font un cas d'espèce.

Le juge Boulet s'est rangé à la demande de la poursuite qui réclamait une peine de prison variant entre six et neuf mois.

La défense qui réclamait une peine avec sursis assortie d'un nombre important d'heures de travaux communautaires et d'une longue période de probation ou encore à une peine d'emprisonnement à purgée de façon discontinue.

Le 21 septembre 2008, le père et la mère se sont présentés en compagnie du nourrisson à l'hôpital parce que l'enfant présentait des problèmes avec son bras gauche. Les médecins ont décelé une très légère fracture du l'humérus.

Le 1er octobre 2008, les parents retournent à l'hôpital en raison de difficultés respiratoires chez la petite fille. Une radiographie révèle alors des fractures en voie de guérison à cinq côtes.

L'équipe pédiatrique a alors transmis ce cas à la police qui a fait enquête et une accusation de voies de fait graves a été portée contre le père qui a plaidé coupable le 11 janvier dernier.

Selon la version à laquelle l'individu a plaidé coupable, ce dernier aurait serré fortement le bébé qui pleurait en le remettant à sa mère.

Commentaires