/homepage
Navigation
New York

Rencontre avec les gars de Chromeo

Dave-1 et P-Thugg se préparent à lancer leur troisième album.
© Photo Collaboration spéciale Dave-1 et P-Thugg se préparent à lancer leur troisième album.

Coup d'oeil sur cet article

New York - Ils reviennent tout juste d'une grande tournée en Europe; ils fouleront la scène du Métropolis samedi soir; leur nouveau vidéoclip Don't Turn the Lights On sortira demain et leur troisième album Business Casual en septembre. Aucun doute, Dave-1 et PThugg sont de retour. Visite en studio avec Chromeo.

Leur dernier concert à Montréal remonte à 2008. Ils ont beau revenir d'une tournée des plus grands festivals d'Europe, avoir joué devant des foules de 20 000 personnes, visité Barcelone, Paris, Londres, Istanbul, la Hongrie et la Serbie... Montréal, ça reste particulier.

Je retrouve Chromeo dans le quartier Clinton Hill de Brooklyn. David Macklovitch et Patrick Gemayel, alias Dave-1 et P-Thugg, qui ont tous deux 32 ans, sont en pleine répétition. Ils entreprennent aujourd'hui une tournée nord-américaine qui se poursuivra jusqu'à la fin de l'été. Cet hiver, ce sera le Royaume-Uni et l'Australie.

«Le Métropolis, c'est une grosse salle, on a été ambitieux», glisse David, chanteur et guitariste du duo électro-funk montréalais né il y a huit ans. Ils y ont déjà joué en 2008, mais c'était en première partie des Beastie Boys. Samedi, la scène sera à eux. Ce sera d'ailleurs l'anniversaire de Patrick. Familles et amis du secondaire seront dans la salle.

Un son plus raffiné

Au menu : leurs plus grands succès, mais aussi quatre nouvelles chansons de Business Casual. Leur troisième opus sort le 14 septembre et s'annonce très différent : plus de ballades, plus de chants, plus d'harmonies vocales, bref un son plus raffiné.

Le duo judéo-arabe avoue s'être beaucoup interrogé au cours de l'enregistrement de cet album. «Est-ce que ce sera trop sérieux ?» s'est demandé Patrick. J'ai entendu quelques extraits, c'est toujours aussi funk. Des chansons comme Hot Mess feront assurément danser leurs fans qu'ils surnomment «funkateers» et «chromettes».

Le processus fut laborieux. Ils se sont enfermés pendant des mois comme des moines dans leur studio de Williamsburg. Après le succès de leur précédent album Fancy Footwork, sentent-ils la pression ? «J'appréhendais quand on a sorti la deuxième chanson, Don't Turn the Lights On, mais comme la réaction a été bonne sur les blogues, je ne m'inquiète plus», dit David, qui termine parallèlement un doctorat en littérature française à l'Université Columbia, où il enseigne également.

La vidéo de la chanson sort demain sur le site www.pitchfork.com.Ils ont fait appel au réalisateur Keith Schofield, celui qui a signé le clip de Charlotte Gainsbourg et Beck, Heaven Can Wait. «On a décidé de faire un truc complètement absurde, surréaliste.» Pour être surréaliste, ça l'est, croyez-moi !

Fans des BB

Ils ont surtout hâte de voir la réaction que suscitera leur première chanson en français, J'ai claqué la porte, que je décrirais comme un heureux mariage entre Francis Cabrel, Chromeo et... Patrick Bourgeois.

«Il faudrait la lui envoyer et dire que c'est un peu un hommage à lui, confient ces fans invétérés des BB. Il nous a déjà contactés, il voulait faire une nouvelle version de Pourquoi t'es dans la lune !», rigole Patrick. «Je veux que le label l'envoie à Cité Rock Détente. Je pense que ça peut jouer, j'aimerais trop ça», ajoute David, plutôt fier de son nouvel hymne de loverboy.

L'album a été enregistré un peu partout sur la planète de Montréal à New York, en passant par Londres, Philadelphie (pour les cordes) et a été mixé à Paris par le légendaire Phillipe Zdar (Cassius, Phoenix). Solange Knowles (la soeur de Beyoncé) chante sur une des pistes. Ils ont aussi enregistré des chansons bonus avec La Roux et Ezra de Vampire Weekend, un bon ami.

Pour ce qui est de la pochette de l'album conçue à Paris (on voit les jambes d'une secrétaire sexy qui fait des photocopies de leurs deux visages), ils ont fait appel à un photographe connu de la scène éroticochic, Harri Peccinotti. Ils ont été inspiré par la pochette de l'album Pressure Drop de Robert Palmer (1975).

L'idée du titre de l'album, ils la doivent au répondeur de Asia de Cuba, un resto branché de New York. «J'ai fait une réservation l'été dernier et ça disait que le code vestimentaire était Business Casual. Je me suis dit, c'est tellement 80s quétaine, mais drôle». Ça colle aussi à leurs looks. «Moi je suis business, Pat est casual», conclut David.


* Business Casual sort le 14 septembre.

* Sur la scène du Métropolis le 31 juillet dans le cadre du Festival Osheaga.

* Chromeo.net pour les dates de tournée.

Commentaires